Amazon Ring : Des hackers piratent les caméras, insultent et menacent des familles

HACKERS Quinze familles ont lancé des poursuites contre la filiale d’Amazon en raison d’une faille de sécurité

20 Minutes avec agence

— 

Une plateforme logistique Amazon dans les Hauts-de-France. (Illustration)
Une plateforme logistique Amazon dans les Hauts-de-France. (Illustration) — AFP

Menaces de mort, d’agressions sexuelles ou demandes de rançons. Des utilisateurs des caméras de surveillance Ring, une filiale d’ Amazon, ont été victimes de hackers qui ont piraté leur matériel et sont parvenus à entrer directement en contact avec eux, relate Futura Sciences. Ces intrusions auraient été rendues possible par une faille de sécurité.

Au total, 15 familles ont lancé une action collective aux Etats-Unis contre l’entreprise. Selon The Guardian, les hackers se sont notamment adressés à un enfant, commentant sa façon de jouer au basket. Un père et son fils ont entendu une voix leur demandant ce qu’ils regardaient à la télévision. La caméra d’une dame âgée lui a indiqué qu’elle allait mourir le soir même, et celle d’une autre femme s’est mise à diffuser une chanson du film d’horreur Insidious.

Des appareils incompatibles avec le respect de la vie privée ?

Pour Hassan Zavareei, avocat principal de cette affaire, de nombreuses autres familles pourraient être concernées. « Il s’agit probablement de la partie émergée de l’iceberg », a-t-il indiqué au Guardian. Ring, de son côté, blâme ses clients et estime qu’ils auraient dû choisir des mots de passe plus sûrs, ce à quoi les personnes concernées répondent que l’entreprise devrait imposer une authentification plus complexe.

Ce n’est pas la première fois que la filiale d’Amazon est critiquée pour ses failles de sécurité. Futura Sciences rappelle que fin 2019, 3.000 utilisateurs avaient vu leurs données exposées. L’entreprise de Jeff Bezos a par ailleurs des accords avec la police américaine afin de lui donner accès aux images des caméras dans plus de 1.300 villes. Le directeur adjoint du groupe de défense de la vie privée Fight for the Future a affirmé au Guardian que Ring était « incompatible avec les droits civiques et la démocratie » et que ces appareils ne devraient plus être commercialisés.