Coronavirus : Les prix à l’unité des différents vaccins contre le Covid-19 publiés par erreur sur Twitter

SANTE Une ministre belge a publié sur Twitter les prix, jusque-là restés confidentiels, des vaccins anti-Covid, suscitant l’embarras de la Commission européenne

H. B. avec AFP

— 

Illustration du vaccin de Pfizer contre le Covid-19.
Illustration du vaccin de Pfizer contre le Covid-19. — GILE Michel/SIPA

C’est ce qu’on appelle une grosse boulette… Une ministre belge a publié sur Twitter les prix, jusque-là restés confidentiels, des vaccins anti-Covid, suscitant l’embarras de la Commission européenne. Eva De Bleeker a en effet publié jeudi sur son compte Twitter un tableau donnant le détail des montants promis par son gouvernement aux fabricants pour chacun des six vaccins commandés, avec le prix à l’unité pratiqué dans l’UE.

La secrétaire d’Etat belge chargée du Budget a rapidement effacé son tweet mais des captures d’écran ont été saisies et le contenu était encore visible vendredi.

Le prix à l’unité varie de 1,78 à 14,70 euros

Ainsi, le grand public a appris que le prix à l’unité varie de 1,78 euro pour le vaccin du groupe suédo-britannique AstraZeneca, à 18 dollars US (soit 14,70 euros) pour celui de l’américain Moderna, en passant par celui de Pfizer/BioNTech qui coûte 12 euros. « Je voulais être transparente, peut-être un peu trop transparente », a déclaré ensuite Eva De Bleeker en admettant sa bourde devant les députés belges. Mais cela « ne met en rien en péril » les livraisons des vaccins à la Belgique, a assuré la responsable libérale flamande.

La Commission européenne a réaffirmé vendredi l’importance de respecter cette « obligation » de discrétion. « Tout ce qui concerne des informations comme le prix des vaccins est couvert par la confidentialité, c’est une obligation très importante », a affirmé Stefan De Keersmaecker, un porte-parole de l’exécutif européen, lors du point presse quotidien à Bruxelles. « C’est une exigence contractuelle » dans le cadre des commandes déjà passées aux groupes pharmaceutiques, a assuré le chef du porte-parolat, Eric Mamer, soulignant que ces derniers avaient obtenu le respect de cette règle partout dans le monde.

Les prix « couverts par une clause de confidentialité »

La divulgation des prix payés en Europe expose la Commission à des difficultés avec les laboratoires pharmaceutiques. La confidentialité « est dans l’intérêt de la société (déjà sous contrat) mais aussi dans l’intérêt des négociations en cours avec d’autres sociétés, avec d’autres développeurs de vaccins », a poursuivi Stefan De Keersmaecker. Le groupe Pfizer a effectivement rappelé que les prix étaient « couverts par une clause de confidentialité prévue dans le contrat avec la Commission », selon une porte-parole de Pfizer Benelux jointe par l’agence Belga.

Vendredi ne demeurait sur le fil Twitter de la secrétaire d’Etat que ce message sur le sujet : « Voilà les faits : 33,5 millions de vaccins seront achetés cette année pour 279 millions d’euros ». Un autre montant de 500 millions sera provisionné, cette fois sur le budget 2021, pour des achats futurs.