Pays-de-la-Loire : La 5G débarque à Angers et au Mans, mais pas à Nantes

TELEPHONIE SFR et Orange ont décidé de repousser le lancement commercial dans la métropole nantaise en raison du débat préalable demandé par Johanna Rolland (PS)

Frédéric Brenon

— 

L'attribution des fréquences 5G aux opérateurs français a rapporté au total 2,789 milliards d'euros à l'Etat français
L'attribution des fréquences 5G aux opérateurs français a rapporté au total 2,789 milliards d'euros à l'Etat français — NICOLAS ASFOURI / AFP

On y voit un peu plus clair. Les opérateurs SFROrange  et Bouygues Telecom ont dévoilé la liste des villes qui participeront ces prochains jours au premier lancement commercial de la 5G en France. En Pays-de-la-Loire, seules deux villes sont finalement concernées : Angers et Le Mans. Toutes deux sont en effet inscrites parmi les 15 villes faisant l’objet d’un déploiement national de cette nouvelle technologie mobile par Orange à partir de jeudi. Le Mans sera aussi couverte par Bouygues à partir de ce mardi. Quant à SFR, l’opérateur du groupe Altice a annoncé lundi une liste de 120 communes couvertes à partir de décembre mais aucune ne figure en région Pays-de-la-Loire. 

L’absence de Nantes, principale agglomération du Grand ouest, peut surprendre. Il s’agit en fait d’une conséquence de la volonté de débat préalable à toute mise en service de la 5G réclamé par la présidente de Nantes métropole, Johanna Rolland (PS), en raison d'inquiétudes concernant les effets des ondes sur la santé. Orange et SFR ont décidé de s’y conformer, malgré leur intention initiale de se déployer dans la Cité des ducs dès que possible.

« Il ne faut pas que les discussions s’éternisent »

« Nous respectons le choix de la collectivité, indique Franck Coudrieau, délégué régional Ouest du groupe Altice-SFR. Nous n’activerons pas la 5G tant que le débat n’a pas livré ses conclusions. On est prêt, nos antennes sont opérationnelles, mais nous ne les activerons pas avant la fin du débat, à moins qu’un autre opérateur ne lance sa 5G, considérant que nous sommes dans un marché extrêmement concurrentiel. »

Les modalités et le calendrier du débat n’ont pas encore été dévoilés par Nantes métropole. Les opérateurs pourront-ils se montrer patients s’il venait à s’étirer sur plusieurs mois ? « Tant que les détails du débat ne sont pas connus, je ne peux pas me projeter sur ce qu’on pourrait faire ou ne pas faire. Il faut qu’il soit dans un laps de temps suffisamment intéressant pour que soit conduites toutes les discussions sur le sujet. Mais il ne faut pas non plus que celles-ci s’éternisent », répond Franck Coudrieau, lequel souhaite un débat « ouvert et apaisé ».

« Nous ne voulons pas passer en force. Nous privilégions le dialogue et la conviction », avait indiqué, jeudi, dans Les Echos, Stéphane Richard, PDG d’Orange, au sujet des villes réclamant, comme Nantes, un débat préalable à la mise en route de la 5G.