Déploiement de la 5G à Nantes : « Si on respecte toutes les règles, il n’y a aucune raison de ne pas se lancer », prévient Orange

DEBAT Pierre Jacobs, directeur Grand Ouest d'Orange, s'est prononcé ce jeudi sur le moratoire sur la 5G voulu par la maire de Nantes

Frédéric Brenon

— 

Pierre Jacobs, directeur Grand Ouest d'Orange.
Pierre Jacobs, directeur Grand Ouest d'Orange. — F.Brenon/20Minutes
  • « Un moratoire décidé par un maire pour ne pas faire la 5G, je ne sais pas ce que c’est », avance Pierre Jacobs.
  • « Les autorisations d’émettre sont données par l’agence nationale des fréquences », rappelle-t-il.
  • Orange a testé pendant un an l’utilisation de la 5G auprès de 389 clients nantais.

A quelques jours du lancement des enchères d’attribution de la 5G en France, le débat est vif sur la pertinence de cette nouvelle technologie mobile et ses effets sur la santé. Emmanuel Macron s'est moqué, mardi, des oppositions. A l’inverse, plusieurs maires ont exprimé de franches réticences, à commencer par celle de Nantes, Johanna Rolland, qui, dans le cadre de son accord politique avec les écologistes, a promis un moratoire sur le sujet, accompagné d'un débat public. Une perspective qui ne semble pas effrayer Orange, bien décidé à devenir un acteur majeur du déploiement de la 5G en France, après l’avoir expérimenté pendant un an dans cinq villes, dont la cité des ducs.

« Je lis la presse. Je vois les initiatives. Mais je ne sais pas ce que c’est un moratoire décidé par un maire pour ne pas faire la 5G », répond Pierre Jacobs, directeur Grand Ouest de l’opérateur et distributeur de télécommunications, présent ce jeudi à Nantes dans le cadre de la Digital Week.

« Pour l’instant, j’ai vu des propos de campagne »

« La 5G qu’on a déployée pour notre expérimentation a été installée sur des sites [antennes] qui abritent déjà de la 4G Orange, précise-t-il. Donc on ne peut pas nous interdire d’aller chez nous. Et puis les autorisations d’émettre sont données par l'Agence nationale des fréquences. A partir du moment où elle nous autorise à ouvrir un site, la définition de moratoire municipal reste à préciser. Si on respecte toutes les règles et qu’on nous attribue des fréquences, il n’y a aucune raison de ne pas se lancer commercialement, à Nantes comme ailleurs, dans quelques mois. »

Qu’adviendra-t-il si la municipalité insiste pour refuser ce déploiement ? « Je n’aime pas la science-fiction, temporise Pierre Jacobs. Pour l’instant, j’ai vu des propos de campagne. J’ai été surpris que certaines personnes aient un avis aussi tranché sur la 5G alors qu’on n’en est qu’au début de cette technologie. Si la collectivité souhaite discuter, on discutera. Si le moratoire c’est arrêter de travailler pendant un an ou plus, je trouverai ça excessif par rapport à l’objectif que la société se donne. La 5G, elle existe déjà dans le monde. Trente pays l’ont déjà lancée, y compris en Europe. »

Le directeur régional d’Orange souligne que l’expérimentation menée pendant un an dans la métropole nantaise auprès de 389 clients et à partir d’une vingtaines d’antennes-relais n’avait « pas fait l’objet de demandes d’arrêt ». « Il semble que la maire de Nantes et la présidente de la métropole était la même qu’aujourd’hui », ironise-t-il.

« On ne peut pas être dans le déni de la nouvelle technologie »

Souvent formulées par les écologistes, les critiques visant la 5G se cristallisent autour du risque des ondes pour la santé et de l’impact négatif sur l’environnement. « Les seuils d’exposition sont très encadrés en France. Nos autorités sanitaires fixent d’ailleurs des seuils qui sont souvent inférieurs à ce que préconise l’organisation mondiale de la santé (OMS) », répond Pierre Jacobs, qui assure par ailleurs que la 5G « consommera beaucoup moins au niveau énergétique ».

Le représentant d’Orange insiste surtout sur les nouveaux usages que permettrait la 5G pour une collectivité. « Optimiser mes déplacements, optimiser ma consommation d’eau, mieux gérer le ramassage des déchets, je suis désolé mais ça ne se fait pas avec une pâquerette dans la bouche en regardant le ciel! Ça se fait avec des outils connectés et la 5G permettra de donner très rapidement des informations. On ne peut pas être dans le déni de l’utilisation de la nouvelle technologie pour améliorer la vie de la cité. »

Selon Orange, 65 % des utilisateurs nantais ayant expérimenté la 5G (avec un prêt de téléphone portable compatible) ont été « satisfaits ou très satisfaits ».