Sites pornographiques : FranceConnect ne servira pas à vérifier l'âge des internautes

INTERNET FranceConnect, qui compte 16 millions d’utilisateurs et qui permet d’accéder à 700 services en ligne, n’a pas été retenu par le gouvernement

20 Minutes avec agence

— 

Le service FranceConnect ne sera pas utilisé pour l'accès aux sites pornographiques (illustration).
Le service FranceConnect ne sera pas utilisé pour l'accès aux sites pornographiques (illustration). — SIPANY/SIPA

Les internautes voulant consulter un site pornographique ne passeront pas par FranceConnect pour justifier qu’ils ne sont pas mineurs. Cédric O, le secrétaire d’État au numérique, a indiqué ce lundi 15 juin lors de la présentation du rapport du Conseil national du numérique sur les identités numériques que le gouvernement n’avait pas retenu cette solution, rapporte Numerama, relayant une information du journaliste Benjamin Hue.

Le portail d’accès aux différents services publics figurait pourtant sur la liste des outils que les éditeurs de sites pornographiques pouvaient utiliser pour vérifier qu’un visiteur n’était pas mineur.

16 millions d’utilisateurs

Via FranceConnect, plus de 16 millions de personnes peuvent, au moyen d’un identifiant et d’un mot de passe, accéder à 700 services en ligne de l’Etat, comme le site des impôts ou de l’Assurance maladie. Mais d’autres outils devront donc être utilisés pour l’accès aux sites pornographiques.

La disposition obligeant ces derniers à vérifier l’âge des internautes a été approuvée la semaine dernière au Sénat. Mais la manière de vérifier la majorité d’un utilisateur n’est donc pas connue. Trois solutions sont envisagées avance Numerama : le contrôle par carte bancaire, avec un micro-paiement remboursé, un « passe porno » à acheter dans un commerce avec vérification de l’âge au moyen d’une pièce d’identité, ou un dispositif d’authentification tiers du type Facebook ou Google. Actuellement, les sites Internet qui appliquent une identification par l’âge se contentent d’une déclaration sur l’honneur.