United Airlines déclare la guerre au visionnage de films porno dans ses avions

SENSIBILISATION L’entreprise avait également fait face à des scandales de harcèlement sexuel mais elle est sortie cette année de la liste noire d’une organisation de lutte contre les exploitations sexuelles

20 Minutes avec agence

— 

Des avions de United Airlines, mais donc encore sous Boeing. (archives)
Des avions de United Airlines, mais donc encore sous Boeing. (archives) — JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

United Airlines a indiqué avoir ajouté à la liste des thèmes abordés lors de la formation du personnel les réactions à avoir face à la pornographie et au harcèlement sexuel à bord, rapporte CBN News. Ces mesures ont été annoncées dans un communiqué adressé par la compagnie aérienne américaine au National Center on Sexual Exploitation (NCOSE), le 3 février. L’an dernier, l’organisme avait placé le transporteur dans sa liste des 12 entreprises favorisant l’exploitation sexuelle.

Le NCOSE avait alors évoqué « une série d’incidents » et estimait que « United Airlines semble rencontrer des difficultés à protéger son personnel navigant et ses passagers du harcèlement sexuel ». Pour l’organisme, bien que des situations inacceptables se soient produites au sein d’autres transporteurs, « le personnel de bord (…) a apparemment reçu une formation inefficace à cause d’échecs répétés dans la gestion du harcèlement sexuel physique ou verbal et dans l’utilisation de la pornographie ».

La formation du personnel renforcée

Les nouveaux modules de formation ont démarré en janvier 2020 et le NCOSE a indiqué avoir retiré United Airlines de sa liste noire. L’organisation encourage d’ailleurs ses membres à remercier la société « d’avoir rendu le ciel plus sûr pour ses équipages et ses passagers ». CBN News rapporte le cas d’un pilote de la compagnie aérienne condamné à de la prison ferme pour avoir partagé avec des tierces personnes des photos sexuellement explicites d’une hôtesse de l’air avec qui il avait eu une relation. La victime avait dénoncé ces agissements à sa hiérarchie mais le pilote n’avait pas été inquiété.

« Le harcèlement sexuel, les comportements inappropriés, l’intimidation ou la prédation n’ont leur place nulle part dans notre société, et encore moins dans notre secteur et dans nos avions », estime aujourd’hui United Airlines dans son communiqué. « En 2018, nous avons renforcé la formation de notre personnel navigant pour repérer, prendre en charge et réagir à tous types de harcèlement sexuel », ajoute l’entreprise.