Coronavirus : Appli en ligne, avatar virtuel... Comment manifester le 1er-Mai malgré le confinement ?

RASSEMBLEMENT A l’approche du traditionnel défilé du 1er-Mai, une application baptisée « Manif.app » permet de manifester en ligne via un avatar, sans courir le risque de contaminer d’autres personnes

Hakima Bounemoura

— 

Manif.app est une plateforme pour manifester en ligne.
Manif.app est une plateforme pour manifester en ligne. — Capture d'écran Manif.app
  • Confinement oblige, les Français ne pourront pas célébrer cette année la fête du Travail avec le traditionnel rassemblement du 1er-Mai.
  • Face à l’impossibilité de manifester sur le terrain, un développeur parisien a conçu Manif.app, une application d’un nouveau genre qui permet de manifester en ligne via un avatar, sans courir le risque de contaminer d’autres personnes.
  • Certains syndicats et partis politiques, comme la France insoumise et le Rassemblement national, ont également prévu un « 1er-Mai en ligne » pour remplacer cortèges et manifestations.

« On ne confine pas nos idées, on ne confine pas nos rages ». Pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, les Français ne pourront pas célébrer cette année la fête du Travail en défilant dans les traditionnels cortèges du 1er-Mai.  En ces temps de confinement où il est impossible de se rassembler physiquement, les manifestations et autres actions collectives restent proscrites sur l’ensemble du territoire. « Mais la pandémie de coronavirus ne doit pas pour autant être une raison pour ne pas se mobiliser », indiquent les syndicats.

« Même confinés, manifestons toutes et tous le 1er mai avec des pancartes et banderoles en envahissant les réseaux sociaux, et donnons à cette journée une véritable force collective. Ce sera l'occasion de donner la parole aux "oubliés" et aux "invisibles de nos sociétés", qui continuent à travailler, le plus souvent au risque de leur propre vie », expliquent  la CGT, la Fédération syndicale unitaire et l’Union syndicale Solidaires, ainsi que les mouvements lycéens et étudiants Fidl, MNL, UNL et Unef. C’est donc « un 1er-Mai en ligne » qui semble se profiler cette année.

Manifester depuis son canapé « grâce à un avatar virtuel »

Face à l’impossibilité de battre le pavé, Antoine Schmitt, un artiste plasticien parisien, a lui eu l’idée de mettre au point une application d’un nouveau genre qui permet de manifester en ligne, sans courir le risque de contaminer d’autres personnes. Baptisée Manif.app, cette appli se présente comme une initiative citoyenne qui souhaite fournir aux citoyens « de nouveaux outils d’action à la vie démocratique ».

L’idée de cette plateforme est née à l’hiver 2018-2019, « pendant les manifestations des gilets jaunes en France, et devant les difficultés d’accès aux manifestations dues à la répression policière. Ça a créé chez moi un sentiment de frustration », explique à 20 Minutes Antoine Schmitt, le créateur de l’appli. Mais la première mise en application n’a vu le jour qu’en mars 2020 pendant le confinement à cause de la pandémie de Covid-19. Après une phase de plusieurs semaines de test, « nous avons enfin pu lancer la plateforme le 15 avril ».

L’appli, qui utilise le service collaboratif Open Street Map (l’équivalent de Google Maps) est très simple d’utilisation. « Chacun peut organiser une manifestation en ligne en invitant d’autres personnes à venir sur le même lieu grâce à ses contacts ou aux réseaux sociaux, ou en rejoindre une déjà organisée », explique le développeur. Il suffit juste de glisser votre petit avatar rouge (représentant une silhouette) sur la carte interactive à l’endroit de la manif, et ainsi afficher votre soutien, avec votre propre slogan. Votre avatar est visible publiquement ainsi que toutes les autres personnes participant au rassemblement. « Pas de risque de contamination, vous pouvez ainsi simplement manifester depuis votre canapé sur la place de la République ou devant le palais de l’Elysée », résume ainsi Antoine Schmitt.

« Ce sera un 1er-Mai historique si les internautes s’en emparent »

Plusieurs associations en Europe et dans le monde ont déjà adopté ce nouvel outil gratuit et totalement anonyme. L’association de défense de l’environnement portugaise « Galp Must Fall » a ainsi organisé ce samedi 25 avril une manif virtuelle dans les rues de Lisbonne devant le siège de Galp, l’un des principaux groupes pétroliers et gaziers européens. « On était près de 300 à manifester en même temps contre le lobby pétrolier avec le slogan «Clean energy for a clean world». Il y avait même des internautes qui défilaient à Maputo au Mozambique », explique Luis, l’un des participants à la manif.

La plateforme a également beaucoup de succès en Belgique. « Le jour du lancement de l’appli, près de 400 personnes se sont retrouvées à Bruxelles devant le Parlement belge », indique Antoine Schmitt. Et ce samedi encore, une manifestation étudiante avait lieu dans la ville de Louvain. En France, Manif.app compte sur les mobilisations du 1er-Mai pour faire décoller son activité. « J’ai déjà été contacté par plusieurs organisations qui souhaitent défiler virtuellement le vendredi 1er-Mai », explique Antoine Schmitt. « Ce sera un 1er-Mai historique si les syndicats et les internautes s’en emparent. Avec les réseaux et le bouche-à-oreille, on peut atteindre une mobilisation record ».

L’association Art en grève Rouen a déjà opté pour cette solution. Elle a donné rendez-vous aux manifestants ce vendredi à 14 heures sur le cours Clémenceau pour un cortège virtuel. « Tous nos avatars doivent manifester ! Il y aura un décompte et un historique national. Faites du buzz, partagez ! On ne confine pas nos idées, on ne confine pas nos rages », explique le collectif sur sa page Facebook. Plusieurs grandes organisations syndicales pourraient également avoir recours à cette application pour faire entendre leur voix ce vendredi. « J’ai découvert l’existence de cette plateforme il y a quelques jours. Je compte bien mobiliser les collègues de ma section syndicale pour qu’on soit le plus nombreux possible à défiler contre ce pouvoir capitaliste », explique Pierre, conducteur de bus à la RATP.

Certains partis politiques ont également prévu cette année une mobilisation en ligne pour célébrer le 1er-Mai. « Malgré les conditions particulières liées à l’épidémie de coronavirus, le Rassemblement national tient comme chaque année, à célébrer le 1er-Mai en réunissant ses sympathisants. L’événement sera exceptionnellement numérique avec une émission-web diffusée sur les pages Facebook et YouTube de Marine Le Pen entre 11 heures et midi », indique notamment le Rassemblement national. La France insoumise, qui a déjà organisé plusieurs manifestations en ligne ces dernières semaines via les réseaux sociaux avec le hashtag #PlusJamaisCa, et lancé un site dédié à la mobilisation virtuelle, compte également renouveler l’expérience pour le 1er-Mai.