Pendant la manifestation du 1er-Mai à Paris.
Pendant la manifestation du 1er-Mai à Paris. — ISA HARSIN/SIPA

MANIFESTATION

#PayeTaManif... Des internautes critiquent la nouvelle doctrine du maintien de l’ordre lors de la manif du 1er-Mai

Après les syndicats, de nombreuses voix s’élèvent sur Twitter autour du hashtag #PayeTaManif pour dénoncer la nouvelle politique sécuritaire mise en place par le gouvernement

« Violence répressive », « mise en danger irresponsable », « usage non justifié de gaz lacrymogène »… Les critiques contre la nouvelle doctrine du maintien de l’ordre, mise en place par le gouvernement lors de la manifestation du 1er-Mai, ne cessent de se multiplier sur les réseaux sociaux. Après les syndicats, de nombreuses voix s’élèvent sur Twitter autour du hashtag #PayeTaManif pour dénoncer la mise en place de cette nouvelle politique sécuritaire.

« A mon tour, je vais raconter comment le #1erMaiParis s’est déroulé pour moi. Je suis choquée de la violence de la répression, pourtant j’en ai fait des manifs sous les lacrymos et dans les nasses. Je tente un hashtag #PayeTaManif, ça peut servir de rassembler des témoignages », explique sur Twitter Emma, dessinatrice et militante féministe, à l’origine du hashtag.

« Les stratégies de maintien de l’ordre sont de plus en plus criminelles »

« Je suis tellement en rage, les stratégies de maintien de l’ordre sont de plus en plus criminelles. Je suis, il faut bien le dire, traumatisée par ce que j’ai vécu hier », a également expliqué une autre internaute, Laure Salmona, qui dans un thread a raconté comment elle avait vécu cette manifestation. « Je pense que pour moi (…) il y aura un avant et un après 1er mai 2019 », assure-t-elle.

Dans la foulée, de nombreux internautes, militants ou simples manifestants, ont également raconté « leur 1er-mai » sur Twitter. « Les témoignages sont nombreux et terriblement concordants. J’ai eu une chance de dingue en m’engouffrant dans le métro quelques minutes avant qu’ils n’en ferment l’accès. Je suis passée grâce à mon gilet (rose cette fois) #balanceTaManif #payeTaManif » ou encore « Juste pour dire que les témoignages de@KerriganNuNue et@curiosarama corroborent ma propre expérience de la manif du #1erMai : violence punitive de la police contre une manif globalement calme, mise en danger irresponsable. Mais on se laissera pas intimider ! #PayeTaManif », ont tweeté d’autres internautes.

Les syndicats dénoncent aussi « un harcèlement des forces de l’ordre »

Les syndicats, eux aussi, n’ont pas digéré la façon dont se sont déroulées les manifestations du 1er-Mai à Paris. Plusieurs d’entre eux ont critiqué le gouvernement, lui reprochant d’avoir mis en place un dispositif de sécurité inadapté. Le porte-parole de Solidaires, Eric Beynel, a même accusé le gouvernement d’avoir « essayé de voler » le 1er-Mai aux organisations syndicales « en mettant cette pression policière aussi folle ».

« On n’a pas arrêté d’être harcelés par les forces de l’ordre. J’ai dû répondre à une interview avec un masque à cause des gaz lacrymogènes », a-t-il assuré. « #1ermai charges, nasses, lacrymos et canon à eau, on aura tout eu aujourd’hui. #Castaner aura tout tenté et pris en otage le 1er mai », a également tweeté le porte-parole de Solidaires.

Le leader de la CGT, Philippe Martinez, a également assuré que les militants de son syndicat avaient été ciblés par les policiers. « La police a tiré des gaz lacrymogènes sur la CGT, alors que les militants syndicaux étaient très identifiables », avait-il notamment déclaré ce mercredi.