Qwant mise à fond sur le mobile « où se trouvent les opportunités de croissance »

INTERVIEW Jean-Claude Ghinozzi, le PDG du moteur de recherche né à Nice, se réjouit que Qwant soit préconfiguré sur les smartphones P40 du constructeur chinois Huawei

Propos recueillis par Fabien Binacchi

— 

Le PDG de Qwant Jean-Claude Ghinozzi
Le PDG de Qwant Jean-Claude Ghinozzi — Qwant
  • Qwant sera préconfiguré dans les nouveaux smartphones P40 de Huawei.
  • Le moteur de recherche francais s’est engagé dans une accélération de sa stratégie « mobile first » (le mobile d’abord) pour booster son audience.

C’est un joli coup de pouce pour le moteur de recherche « respectueux des données personnelles » et né à Nice en 2011. Dans le P40, son nouveau smartphone haut de gamme qui sera commercialisé dans certains pays d’Europe, le fabricant chinois Huawei a décidé de se passer de Google pour lui préférer Qwant, préconfiguré sur son navigateur. L’occasion, pour la start-up européenne, de gagner en exposition.

Le moteur de recherche Qwant un smartphone P40 Pro de Huawei
Le moteur de recherche Qwant un smartphone P40 Pro de Huawei - Qwant

Et ce partenariat a vraiment de quoi réjouir les responsables de Qwant après une zone de turbulences à la suite du retrait, en janvier, du cofondateur Eric Leandri. Le nouveau PDG Jean-Claude Ghinozzi y voit une annonce « très importante et commercialement très structurante » alors que le moteur de recherche s’est lancé dans une stratégie « mobile first », le mobile d’abord.

Ce partenariat va-t-il pouvoir s’étendre à d’autres modèles de la marque chinoise ?

Il devrait effectivement évoluer. Pour le moment, il s’applique à toute la gamme P qui sera commercialisée en France, en Allemagne et en Italie. Il pourra sûrement se développer sur d’autres modèles mais surtout dans d’autres pays, notamment anglo-saxons, dès que nous aurons les capacités techniques de fournir les meilleurs niveaux de réponse avec notre moteur de recherche dans ces destinations-là.

La présence de votre moteur de recherche « anti-tracking » est-il un moyen pour Huawei de répondre aux Etats-Unis, qui l’accusent d’espionner ses utilisateurs ?

Notre accord avec la marque, conclu avec Huawei Europe, date de novembre 2018. Il a donc été scellé avant cette problématique, [le gouvernement américain ayant annoncé une série de sanctions contre le constructeur au printemps 2019]. L’idée de Huawei était déjà à l’époque de proposer un contenu alternatif [à l’environnement Google], de la valeur ajoutée et un contenu sécurisé. Sur les mobiles équipés, je peux garantir que les requêtes via notre moteur de recherche passent par les serveurs de Qwant et pas par ceux de Huawei. Nous ne partageons pas de données sur ce qui se passe sur Qwant.

Le partenariat inclut-il un investissement financier de votre part ?

Il est équilibré. Comme nous le faisons avec d’autres partenaires, une partie des revenus obtenus sur certains liens payants sera reversée à Huawei.

Cette annonce confirme en tout cas le renforcement de votre stratégie de développement axée sur le mobile…

L’origine de Qwant, c’est le desktop, les ordinateurs de bureau. Les systèmes d’exploitation des mobiles ont toujours été très verrouillés sur leur moteur de recherche. Le marché commence à s’ouvrir sur Android. Alors c’est maintenant qu’il faut focaliser nos ressources sur la mobilité. C’est sur ces usages qu’il y a encore beaucoup d’opportunités de croissance. En février, nous totalisions 5 millions de visiteurs uniques, dont 1,8 million sur mobile. Nous voudrions arriver à un ratio 50/50 très rapidement. En une année, nous avons gagné 20 % d’audience en général et 50 % sur le mobile.

Vous deviez lancer Qwant Art, un moteur de recherche consacré à la culture, en vous implantant à Cannes. Où en est ce projet ?

Il n’est plus prioritaire et a été suspendu. Des choix ont été faits. Notamment pour le développement de Qwant maps sur lequel nous continuons de travailler. Puis, nous avons décidé de concentrer les ressources et les énergies sur la consolidation de l’existant. L’idée est avant tout de renforcer notre capacité technologique, notre qualité de service. Il faut également poursuivre sur notre offre marchande, sur la partie shopping pour que l’on puisse augmenter nos revenus. Nous devons concentrer notre attention là-dessus.