Qwant s’agrandit et embauche, l’alternative à Google devrait dépasser les 15 milliards de requêtes

MADE IN FRANCE A Nice, le moteur de recherche qui promet de respecter la vie privée va recruter…

Fabien Binacchi

— 

Dans les locaux niçois de Qwant
Dans les locaux niçois de Qwant — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • Installé à Nice depuis son lancement, Qwant va s’agrandir et recruter dans la capitale azuréenne.
  • Le moteur de recherche devrait dépasser les 15 milliards de requêtes cette année, après en avoir traité 9,6 milliards en 2017.

Ils vont continuer à pousser les murs. A Nice, dans la ville originelle de Qwant, les 40 employés du moteur de recherche vont bientôt passer de 300 à 1.000 m2. De nouveaux locaux sur l’avenue Jean-Médecin pour accompagner la croissance exponentielle de la start-up hébergée en France qui espère, à terme, conquérir 5 à 15 % du marché européen.

« L’ouverture est programmée pour le premier semestre 2019 et elle sera accompagnée de l’arrivée de 40 nouveaux collaborateurs », indique à 20 Minutes Eric Léandri, le président de Qwant. Lancé en 2013, le portail  promet de respecter la vie privée de ses utilisateurs et de ne pas vendre leurs données personnelles.

« Au total sur nos cinq sites [avec Paris, Ajaccio, Rouen et Epinal], nous avons 160 employés. Nous en serons à 250 fin 2019 », précise-t-il.

Loin derrière le géant Google

Une croissance continue pour accompagner un nombre de requêtes en augmentation constante. En 2016, les internautes demandaient leur chemin à Qwant 2,6 milliards de fois. Il y avait eu 9,6 milliards de demandes l’an dernier et elles devraient dépasser les 15 milliards cette année. Une tendance exponentielle, loin tout de fois, des chiffres prêtés à Google : soit 100 milliards de requêtes dans le monde… par mois.

Qwant, disponible en 26 langues et dans 42 pays, également en version « music » et « junior », dégage du chiffre d’affaires depuis 2017. Il représenterait 5 % du marché en France, mais aussi 1,5 % en Allemagne et 1 % en Italie.

Bouche-à-oreille

« Les choses avancent à un bon rythme pour une start-up comme la nôtre. Entre 36 et 40 milliards de requêtes traitées par an, on sera arrivé à un palier », avance Eric Léandri. Pour grandir encore face au géant Google, l’alternative Qwant compte beaucoup sur le bouche-à-oreille. Et sur les recrutements liés aux choix d’entreprises, d’institutions et de collectivités de se tourner vers la solution made in France.

Après Thales, l’Assemblée nationale ou encore les régions Ile-de-France et Paca, c’est la métropole Nice Côte d’Azur qui a plus récemment basculé.