Sony Xperia 1: Du grand cinéma avec son écran au format 21:9e, mais une petite autonomie

SMARTPHONE Avec l’Xperia 1, Sony veut proposer une alternative haut de gamme à ses concurrents en jetant toutes ses forces dans l’écran 4K de son nouveau smartphone

Christophe Séfrin

— 

L'Xperia 1 et son écran OLED 4K au format 21/9e.
L'Xperia 1 et son écran OLED 4K au format 21/9e. — SONY
  • Lancé à 990 euros, le nouveau Xperia 1 de Sony veut concurrent les Huawei 30 Pro, Samsung Glaxy S10 et iPhone XS.
  • Le constructeur innove avec un écran OLED 4K au format 21:9e qui impose sa suprématie en vidéo.
  • Mais l’autonomie du terminal, à 7 heures environ en streaming, altère la bonne impression générale.

Sony tente de garder son statut parmi les grands fabricants de smartphones. Loin derrière le peloton de tête, le constructeur qui n’a pas sa place sur un podium trusté par Samsung, Huawei et Apple, continue à mettre en avant un savoir-faire historique. Il veut le montrer avec son nouvel Xperia 1, vendu 990 euros. Et c’est notamment sur l’écran OLED de son smartphone que le fabricant des célèbres téléviseurs Bravia veut faire la différence.

Ecran : un grand format pour des vidéos tous azimuts

Originalité, l’écran de 6,5’’/16,51 cm de l’Xperia 1 est au format 21 : 9e. Plus long que d’ordinaire, il est aussi un peu moins large que celui de ses congénères comme le Huawei P30 Pro ou le Samsung Galaxy S10. Mais avec ses mensurations inhabituelles (72 x 167 x 8,2 mm), il tient malgré tout bien dans la poche d’un pantalon.

Un écran OLED 4K idéal pour la vidéo et le jeu vidéo.
Un écran OLED 4K idéal pour la vidéo et le jeu vidéo. - CAPTURE

Autre particularité : cet écran offre une résolution ultra haute définition (3840 x 2160 pixels). Sony avait été le premier il y a tout juste deux ans à lancer un smartphone avec écran « 4K », le Xperia XZ Premium. A l’époque, cela ne servait pas à grand chose. Aujourd’hui non plus : visionner un contenu – fut-il 4K — sur un écran aussi petit ne fait guère de sens : l’œil n’est pas capable d’y discerner la moindre différence avec une image Full HD. Reste qu’étant OLED, l’écran de l’Xperia 1 livre une image saisissante de contrastes, parfaite pour regarder des vidéos ou pour jouer. La qualité de son de ses haut-parleurs stéréo est par ailleurs à souligner. Mais petit bémol : OLED oblige, l’image manque un peu de luminosité. Et l’on regrette que l’Xperia 1 conserve des bordures noires un peu trop larges pour un smartphone haut de gamme, cru 2019.

Photo : quatre capteurs et des images riches en détails

Pour la photo, Sony a convoqué un trio de modules photo arrières. Avec un capteur de 12 mégapixels chacun, il est attribué à chaque membre de la fratrie une tache particulière : le premier (f/1.6) correspond à un équivalent 26 mm en argentique ; le second (f/1.4) est un très grand-angle de 16 mm ; le dernier (f/2.4) fait office de zoom 2x. En façade, Sony aligne un capteur de 8 mégapixels (f/2.0).

Trois modules photos arrières de 12 mégapixels.
Trois modules photos arrières de 12 mégapixels. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

Les nombreux essais photo que nous avons réalisés avec l’Xperia X1 font belle figure, le mode HDR embarqué étant capable de restituer une belle plage dynamique. Avec des photos très fines et riches en détails, le terminal ne parvient cependant pas à se hisser au-dessus de la mêlée. C’est beau, mais pas exceptionnel non plus. Il y a d’ailleurs là un paradoxe : d’innombrables smartphones rivaux intègrent des capteurs photo Sony et… font parfois mieux.

Le très grand-angle tient ses promesses.
Le très grand-angle tient ses promesses. - CHRISTOPHE SEFRIN/20 MINUTES

On apprécie néanmoins la prise de vues en très grand-angle, qui s’impose sur de plus en plus de smartphones et donne tout son sens à des photos de vacances, de monuments, de groupes…

Vidéo : des outils pour filmer comme les pros

Filmant en 4K, l’Xperia 1 veut faire plus que ses concurrents. Pour cela, l’appareil est équipé d’une application nommée Cinéma Pro. But : offrir des outils techniques qui permettent de sublimer ses images.

Un mode Cinéma Pro avec de nombreux réglages sur lesquels agir.
Un mode Cinéma Pro avec de nombreux réglages sur lesquels agir. - CAPTURE

Attention : novices s’abstenir. Car il est ici question sous une même interface de définir un projet, de choisir une résolution, un filtre, un objectif (16, 26 ou 52 mm), une lumière (tungstène, fluorescent, lumière du jour, nuageux, ses ISO (de 64 à 800), et le mode de mis au point et l’obturateur. Ce qui est bien. Mais qui impose de maîtriser un peu la technique pour parvenir à un résultat qui en jette un peu.

Des réglages avancés pour soigner ses vidéos.
Des réglages avancés pour soigner ses vidéos. - SONY

Reste que les séquences filmées sont ensuite assemblées pour livrer un ensemble homogène et séduisant. Mais petit problème : impossible de modifier le moindre réglage dès lors que l’on a activé un projet. Comment associer des images en haute lumière et basse lumière dans une même vidéo sans pouvoir travailler ses ISO… Cette lacune nous a réellement frustrés lors de nos essais.

Batterie : sept heures en streaming et c’est la fin

Reste qu’avec son processeur Qualcomm Snapdragon 855 embarqué, l’Xperia 1 de Sony fait face sans rechigner au traitement gourmand que peuvent engendrer ces fonctions multimédia. Le smartphone tourne vite et bien. Sa batterie de 3300 mAh révèle cependant trop rapidement ses limites. Et vient altérer l’excellente impression dégagée par l’écran. 4K et grande taille associés (l’un et l’autre par nature gourmands en énergie) ne lui permettent pas de dépasser sept heures de visionnage en streaming. Certes, ce sera suffisant pour avaler la saison 3 de Stranger Things sur Netflix.