«Make Journalism Honest Again»... Le club de rugby de Biarritz s'inspire de Trump pour critiquer le journal «Sud Ouest»

RESEAUX SOCIAUX Le club de rugby est en guerre ouverte depuis plusieurs semaines contre le quotidien régional qu’il accuse de ne pas être honnête dans sa couverture médiatique

H. B.

— 

Capture d'écran de la photo postée sur Twitter par le club de rugby de Biarritz, où l'on voit des casquettes destinées aux journalistes de Sud-Ouest avec ce message : «Rendons le journalisme de nouveau honnête».
Capture d'écran de la photo postée sur Twitter par le club de rugby de Biarritz, où l'on voit des casquettes destinées aux journalistes de Sud-Ouest avec ce message : «Rendons le journalisme de nouveau honnête». — Capture d'écran Twitter

C’est ce qu’on appelle du « média-bashing »… Entre le Biarritz olympique (BO) et le journal Sud-Ouest, rien ne va plus. Le club de rugby est en guerre ouverte depuis plusieurs semaines contre le quotidien régional qu’il accuse de ne pas être honnête dans sa couverture médiatique. Le BO en a remis une couche vendredi soir, juste avant le coup d’envoi du match contre Oyonnax, en postant  une photo très explicite sur Twitter.

On y voit des casquettes rouges posées dans les gradins du stade d’Aguiléra avec ce slogan inscrit dessus : « Make journalism honest again » (« rendons le journalisme à nouveau honnête »), un clin d’œil à la célèbre formule de  Donald Trump pendant sa campagne pour la présidentielle américaine : « Make America great again. »

Dans le tweet, le BOPB interpelle notamment le journaliste Pierre Mailharin, en charge de la couverture du club : « Ces casquettes elles sont pour vous, on en a encore en stock, vous en voulez ? Ou vous n’acceptez que la caricature que vous produisez des autres ? »

Indignation de l’Union des journalistes sportifs

Dans un communiqué daté du 28 mars, l’Union des journalistes de sport de France dénonce la décision du club de priver le reporter de Sud-Ouest d’accès à la tribune, puis d’avoir distribué les fameuses casquettes lors d’un match disputé le 17 mars dernier. L’instance prévoit même de mettre en demeure le club à la suite de ces comportements « dénigrants pour la profession ».

Sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes ont également réagi, critiquant ouvertement la manière de communiquer du club. « Honte à ce club, les temps ont bien changé », « Cela dépasse certaines limites. Déplorable » ou encore « Bossez plutôt a faire du "Bopb great again". Y a du boulot ! », ont notamment tweeté certains internautes.