Tinder: L’appli lève le voile sur l'algorithme qui régit les «matchs»

IT'S A MATCH L’algorithme privilégie les gens connectés en même temps et proches géographiquement

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de l'application de réseautage social Tinder.
Illustration de l'application de réseautage social Tinder. — ISOPIX/SIPA

Pour multiplier les matchs sur Tinder, mieux vaut comprendre les rouages de l’application. L’entreprise a dévoilé ce vendredi une partie des méthodes qu’elle utilise pour mettre en présence telle et telle personne, rapporte Numerama.

Exit les « scores de désirabilité », jusque-là attribués à chaque utilisateur. Désormais, Tinder utilise des algorithmes pour sélectionner les profils susceptibles de se correspondre.

Une politique opposée à l’endogamie sociale

Sans surprise, les personnes les plus actives sur l’appli sont aussi celles qui sont susceptibles d’avoir le plus de matchs. L’algorithme tente aussi de faire matcher des utilisateurs actifs au même moment. C’est même « la partie la plus importante de notre algorithme », explique Tinder sur son blog.

L’algorithme prend en compte d’autres critères comme l’âge, le genre et la position géographique. Vous avez donc plus de chances de matcher avec votre voisin. « C’est toujours amusant de rencontrer quelqu’un de son quartier car vous faites partie d’une même communauté », indique Tinder.

Tinder liste enfin tous les critères qui ne sont PAS pris en compte : salaire, couleur de peau, religion… L’entreprise rappelle que son algorithme a été pensé « pour être ouvert et non stéréotypé ». L’appli réaffirme ainsi un positionnement hétéroclite, à l’opposé de plateformes pensées pour des communautés spécifiques. Ces dernières sont souvent accusées de favoriser l’endogamie sociale, soit le fait de fréquenter uniquement des personnes de son milieu.