«You’re the worst»: Pourquoi cette série mériterait qu’on s’y attarde davantage

IL EST ENCORE TEMPS La cinquième et dernière saison arrive mercredi sur FXX et dans une semaine sur Canal + Séries…

L.B.

— 

«You're the worst»
«You're the worst» — FXX
  • La cinquième et ultime saison de «You’re the worst» est diffusée sur FXX ce mercredi.
  • C'est l'occasion de se pencher sur une série (anti)romantique bien trop méconnue. 
  • Portée par des héros désenchantés et en quête de sens, elle a lancé la vague des séries réalistes dans la veine de Love, Casual ou Togetherness

Il n’est jamais trop tard, comme on dit. Vous avez une journée (si vous êtes à l’heure US) pour vous enfiler quatre saisons de You’re the worst, c’est jouable, promis. La cinquième et dernière saison arrive mercredi sur FXX -et dans une semaine sur Canal + Séries- et il serait temps de vous pencher sur cette série (anti) romantique, créée par Stephen Falk (Weed), qui a lancé en 2014, en même temps que Transparent, la vague des séries ultra-réalistes portées par des personnages désenchantés, névrotiques et imparfaits. Dans la même veine, on trouve Love (2015), Casual (2015), Togetherness (2015) et, plus récemment SMILF(2017).

Les aventures de l’irascible Gretchen (Aya Cash) et de l’égocentrique Jimmy (Chris Geere), un écrivain de 30 ans, aussi détesté que détestable, sont restées trop longtemps au second plan. Il faut impérativement corriger cette erreur et on vous explique pourquoi.

Parce qu’elle casse les codes de la rom-com

On est très loin de la princesse qui rencontre son chevalier servant dans You’re the worst. Gretchen, une attachée de presse autodestructrice et irresponsable, et Jimmy, un auteur anglais exécrable, se lient d’affection à l’occasion d’un mariage où ils s’ennuient copieusement. Ils se trouvent un point commun : ils méprisent tout le monde. Le coup d’un soir finit par prendre des allures de relation amoureuse, complètement défectueuse, certes, mais quand même. Il n’est d’ailleurs pas tellement question de couple dans cette comédie grinçante, plutôt de tout ce qui handicape cette génération à trouver un sens dans sa vie et dans les cadres imposés par la société. Au milieu de la brochette de trentenaires immatures et inadaptés, il y a Lindsay, la meilleure amie de Gretchen, incapable de garder un travail et qui exècre son mari ; Edgar, le colocataire de Jimmy, victime de troubles du stress post-traumatique après avoir fait un tour en Irak ; Becca, la sœur de Linday et ex de Jimmy, qui déteste son rôle de mère. C’est finalement en raison de leurs failles -pour ne pas dire leurs névroses sévères- qu’on s’attache à ces anti-héros.

Parce que la série montre des femmes fortes

On peut dire que You’re the worst a fait de l’humour noir son fonds de commerce. On ne sait pas toujours s’il faut rire ou pleurer surtout devant le personnage d’Edgar, véritable souffre-douleur de Jimmy. Si tous les personnages en prennent dans la figure, on peut dire que les hommes sont les plus malmenés par la vie (Edgar et son PTSD, Jimmy et sa solitude forcée) ou par leurs femmes (Paul à la limite de l’homme battu, Vernon mariée à une teigne à moitié alcoolique). Les femmes collectionnent les coups d’un soir, se masturbent, rotent et pètent tandis que les personnages masculins sont fragiles et romantiques. You’re the worst montre avec finesse et intelligence la réalité d’une génération en perte de repères. Si elle ne se revendique pas spécialement féministe, on peut dire qu’elle casse l’image du mâle alpha et de la jeune femme pure. Et c’est tant mieux.

Parce qu’elle ose tout

A l’heure de sa sortie en 2014, les personnages irrévérencieux et immoraux de You’re the worst apportaient une vraie bouffée d’air frais au milieu de The Mindy Project, New Girl et A to Z. La facette moins reluisante du couple est exposée, les corps imparfaits sont célébrés et la névrose est glorifiée. Gretchen et Jimmy se perdent dans une relation toxique dont ils sont tous les deux victimes et bourreaux. Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, la saison 5 va faire ses adieux à nos deux ordures préférées.