Etats-Unis: Le tunnel futuriste de Las Vegas sera bien construit par Elon Musk et sa Boring Company

AFFAIRE CONCLUE Le projet doit permettre à des voitures électriques et autonomes de circuler sous terre à 250 km/h

20 Minutes avec agences
— 
Elon Musk durant l'inauguration du tunnel à Hawthorne, près de Los Angeles, le 18 décembre 2018.
Elon Musk durant l'inauguration du tunnel à Hawthorne, près de Los Angeles, le 18 décembre 2018. — Robyn Beck / POOL / AFP

C’est officiel : c’est The Boring Company, l’entreprise d’Elon Musk, qui construira le futur réseau de tunnels sous Las Vegas (Etats-Unis). Les autorités de la ville ont confirmé l’information ce mardi, et le PDG a annoncé que l’infrastructure serait opérationnelle « d’ici la fin de l’année ».

Ces tunnels abriteront un réseau de transports doté de véhicules électriques autonomes qui circuleront à une vitesse élevée. Le projet entre dans le cadre de l’expansion du grand centre d’expositions de la ville, selon le Las Vegas Convention and Visitors Authority (LVCVA).

Relier le centre d’expositions et la ville

« Avons hâte de construire le tunnel de la Boring Company à Vegas », s’est félicité Elon Musk sur Twitter. Un contrat doit encore être négocié pour un feu vert final en juin. La construction du tunnel devrait coûter entre 35 et 55 millions de dollars, en fonction du trajet retenu et du nombre de stations.

Une fois les travaux d’agrandissement réalisés, le centre d’expositions de Las Vegas s’étendra sur 81 hectares, 3,2 km séparant les deux extrémités. Cette distance nécessite « une solution de transport pour les invités dédiée au site », selon la LVCVA. Le système doit pouvoir être étendu pour au final relier le centre-ville et son fameux boulevard bordé d'hôtels et de casinos, à l’aéroport et à d’autres zones de la métropole.

Elon Musk versus les embouteillages

Elon Musk, aussi PDG de Tesla et SpaceX, a présenté en décembre dernier un « tunnel test » de ce projet près de Los Angeles. À terme, l’entrepreneur américain veut révolutionner les transports urbains en contournant les embouteillages par le bas.

Il raconte que l’idée lui est venue alors qu’il se trouvait coincé dans les embouteillages entre sa villa et les bureaux de SpaceX, au sud de Los Angeles. Cette haine des bouchons lui aurait donné envie de permettre à des milliers de véhicules électriques et autonomes de sillonner les sous-sols des villes, à une vitesse avoisinant les 250 km/h.