VIDEO. Nantes: La navette autonome circule au milieu des voitures (et franchit les ronds-points)

TRANSPORTS Apparue cet été en centre-ville de Nantes, une navette sans chauffeur circule depuis quelques jours sur les routes de la zone aéroporturaire

Julie Urbach

— 

La navette autonome de Nantes, le 15 février 2019
La navette autonome de Nantes, le 15 février 2019 — J. Urbach/ 20 Minutes
  • Ce mini-bus 100% électrique et sans chauffeur effectue un parcours de 2,5 km, dans des conditions réelles de circulation, à Bouguenais.
  • Après quelques jours de tests à vide, elle pourra embarquer une dizaine de passagers.

Elle est de retour, et cette fois c’est vraiment bluffant. Apparue cet été entre gare maritime et la carrière Miséry à Nantes, la navette autonome revient encore plus fort. S’il avait l’habitude de circuler sur un parcours protégé de 650m, le véhicule multicolore se frotte désormais aux autres véhicules. Jusqu’à début mai, la navette est testée en conditions réelles de circulation, dans la zone aéroportuaire de Bouguenais. Et lors de cette boucle de 2,5 km, ce mini-bus 100 % électrique et sans chauffeur (mais avec tout de même un médiateur à bord, comme l’exige la loi) a plusieurs ronds-points à franchir.

« C’est vraiment le passage le plus sensible de l’expérimentation, détaille Gilles Farge, responsable du projet chez Nantes métropole. Mais grâce à plusieurs radars, la navette analyse si un piéton ou un cycliste s’apprête à traverser devant elle. Elle sait ensuite regarder à gauche, s’arrêter si un véhicule est déjà engagé, et y aller. Le reste du temps, elle suit le parcours qui a été programmé, notamment grâce à une antenne satellite sur le toit.

Des passagers dès le 1er mars

Ce vendredi matin, après sept heures de charge via une route photovoltaïque, on l’a vu faire un sans-faute. A chaque obstacle, et même si celui-ci est en bord de trottoir, la navette ralentit ou s’arrête, pour ne prendre aucun risque, et repart presque aussitôt. Lorsque la route est dégagée, elle atteint 18 km/h (plus rapide que pendant le premier test), ce qui semble cependant irriter certains automobilistes, qui n’hésitent pas à la doubler. Devant l’un des trois arrêts aménagés, aidée par des caméras, elle saura s’arrêter et ouvrir ses portes pour faire monter jusqu’à dix passagers.

Car à partir du 1er mars (après une phase de test à blanc), entre 11h45 et 14h30, le grand public mais surtout les employés de la zone pourront, gratuitement, emprunter la navette pour se rendre à leur restaurant interentreprises. « Selon les résultats, on pourra imaginer de la transposer ailleurs, imagine déjà Bertrand Affilé, vice-président aux transports à Nantes métropole. Il y a un problème de dessertes dans un certain nombre de zones d’activités, et ce type de navette peut être une bonne réponse. »