Nantes: Les cyclistes invités à circuler avec une frite pour éviter les dépassements dangereux

TRANSPORT L’association de cyclistes nantais Place au vélo lance cette drôle d’initiative, ce vendredi…

Julie Urbach

— 

La frite, qui mesure environ 1 mètre, symbolise la distance à respecter
La frite, qui mesure environ 1 mètre, symbolise la distance à respecter — Place au vélo
  • Vendredi des cyclistes nantais vont accrocher une frite en mousse à l’arrière de leur vélo.
  • L’opération, qui sera renouvellée tous les mois, vise à rappeler aux automobilistes les distances latérales de sécurité à respecter.

Non, ils ne vont pas tous à la piscine. Ce vendredi, dans les rues de Nantes, ne soyez pas étonné si vous croisez des cyclistes avec une frite en mousse fixée à leur porte-bagages. C’est le moyen plutôt rigolo qu’a trouvé l’association Place au vélo pour sensibiliser les automobilistes aux distances latérales de sécurité à respecter lorsqu’ils effectuent un dépassement. En l’occurrence 1 m en ville et 1,50 m hors agglomération, selon le Code de la route.

« On a régulièrement des voitures qui doublent de trop près, ce qui crée un sentiment d’insécurité, de fragilité, voire des accrochages, s’agace Daniel Daoulas, vice-président de l’association Place au vélo. Nous voulons rappeler qu’il y a des règles, et ce de façon non-violente. D’autant que souvent, on retrouve la voiture qui vient de nous doubler arrêtée au feu rouge qui suit… »

« Ça marche vraiment bien »

Inspirée par une initiative similaire menée au Canada, l’association encourage donc ceux qui le souhaitent à se munir, ce vendredi, de ce drôle d’équipement souple (et non de tasseaux de bois…). Après avoir coupé la frite à la bonne taille, les cyclistes sont aussi invités à imprimer sur une feuille des phrases telles que « Gardons nos distances » ou « Partagez la route svp » et les coller dessus, « pour favoriser la compréhension du message ». L’opération, qui a vocation a être répétée à Nantes tous les premiers vendredis de chaque mois, a déjà été testée en décembre dernier. Les retours d’expérience sont positifs.

« Ça marche vraiment bien, les automobilistes prennent le large pour ne pas toucher la frite, ou patientent derrière s’il n’y a pas la place suffisante pour doubler, sourit Philippe, 44 ans, qui effectue un trajet de 5 km à vélo pour se rendre au travail. C’est un réel outil de protection que j’utilise désormais régulièrement, et je n’ai jamais eu de réaction agressive de conducteurs. Par contre, il faut avouer que ce n’est pas très pratique quand on croise des piétons ! »

 

Ligne blanche

Depuis le 4 juillet 2015, il est possible de chevaucher une ligne blanche en ville lorsque l’on double un vélo (et ce, uniquement lorsque la visibilité le permet). Le décret permet aussi aux cyclistes de s’écarter des véhicules en stationnement « sur le bord droit de la chaussée ».