Lille: Une navette autonome va sillonner le campus de la Cité scientifique

TRANSPORT D’ici fin 2018, les étudiants du campus de Villeneuve d’Ascq pourront se déplacer dans un minibus sans chauffeur…

Mikael Libert

— 

La future navette de Lille 1 est fabriquée par le constructeur français Navya.
La future navette de Lille 1 est fabriquée par le constructeur français Navya. — M.Gounon / Navya
  • Des navettes sans chauffeur vont sillonner le campus de l’université de Lille 1.
  • Cette expérimentation nécessite encore l’aval du ministère des Transports.
  • C’est le constructeur français Navya qui a été retenu pour fournir les véhicules.

D’ici fin 2018, début 2019, la desserte en transport en commun du campus de l’université de Lille 1, à Villeneuve d’Ascq, devrait être enrichie d’un service de navettes. La nouveauté, c’est que ces petits bus d’une quinzaine de places évolueront de manière autonome sur un trajet prédéfini.

Une navette « made in France »

Le « go » a été donné lors du dernier conseil de la Métropole européenne de Lille (MEL), le 19 octobre dernier. Une délibération a été votée pour « expérimenter une navette autonome sur le campus de l’université de Lille 1 ». Bon, il reste tout de même à obtenir l’aval du ministère des Transports pour que le projet se concrétise. Un écueil pas forcément insurmontable, d’autres villes comme Lyon ou Paris l’ayant obtenu avant la MEL.

Selon les informations de 20 Minutes, c’est le constructeur français Navya qui a été retenu pour fournir les deux navettes autonomes. Le véhicule en question, de son petit nom « Autonom shuttle » (navette autonome en français), est 100 % électrique : « L’autonomie dépend de l’utilisation qui en est faite. Il se recharge soit par induction, soit en le branchant à une prise, explique-t-on chez Navya. Chaque navette peut accueillir quinze personnes et ne nécessite aucune infrastructure particulière pour évoluer. »

Véhicule autonome, avec chauffeur

Si la technologie embarquée permet au véhicule de rouler sans assistance humaine, la législation l’en empêche. « En France, la réglementation impose la présence d’un opérateur à bord avec la possibilité pour ce dernier de reprendre la main sur le véhicule à tout moment », précise-t-on chez Navya.

C’est aussi pour une question de législation que la mise en place de lignes de navettes autonomes ne peut être faite de manière pérenne. « C’est presque le cas à Lyon, où l’expérimentation est renouvelée chaque année depuis deux ans », assure le constructeur. Pour autant, ce n’est pas forcément une mauvaise chose car la MEL promet la gratuité de ce mode de transport tout au long de sa phase expérimentale.

Il reste à évoquer le coût de ce que la MEL qualifie d'« expérimentation ambitieuse ». Toujours selon nos informations, le prix de base d’une navette est de 260.000 euros. A cela il faut ajouter le prix de l’assurance. Une dépense non négligeable, à tel point que Navya a noué un partenariat avec un assureur pour proposer un « pack ».