Vous avez totalement modifié vos rapports aux objets connectés et réduit vos usages des réseaux sociaux? Racontez-nous

VOUS TEMOIGNEZ Théorisé par Karine Mauvilly dans un ouvrage à paraître le 7 février, le « cyberminimalisme » séduirait de plus en plus de personnes

H.S.

— 

Le cyberminimalisme vise à reconquérir du temps et de la liberté.
Le cyberminimalisme vise à reconquérir du temps et de la liberté. — LOIC VENANCE / AFP

Faire le tri dans ses applications mobiles et ses contacts Facebook, sortir dîner avec des amis sans son téléphone ou bannir Google de son navigateur. Ces gestes paraissent anodins mais s’inscrivent, selon Karine Mauvilly, dans une démarche « cyberminimaliste » théorisée par l’enseignante. Les révélations de plus en plus fréquentes sur des vols ou des fuites de données personnelles, les piratages massifs et la violence qui sévit toujours sur les réseaux ont poussé certains internautes à changer leurs usages numériques.

Ni « cyberabstinent », ni technophobe, vous avez fait le choix de réduire vos usages des réseaux sociaux, diminué votre stock d’objets connectés et vous êtes entrés en « résistance » face aux géants du numérique pour privilégier les solutions alternatives​ ? Racontez-nous comment, petit à petit, vous avez modifié votre vie numérique et l’impact que cela a eu concrètement dans votre quotidien.

>> Si vous souhaitez partager votre expérience, vous pouvez témoigner dans les commentaires ou envoyer un mail à contribution@20minutes.fr. Vos témoignages serviront à la rédaction d’un futur article.

«Droit à la déconnexion» : vrai enjeu, fausses bonnes solutionsThierry Crouzet, blogueur hyperactif victime d'un «burn-out» numérique