Opération «Plastic Attack» et hashtag #RidiculousPackaging pour lutter contre le suremballage

ECOLOGIE Afin de lutter contre l’emballage plastique abusif, l’opération « Plastic Attack » va être lancée à Paris et le hashtag #RidiculousPackaging se répand sur Twitter…

Marie De Fournas

— 

Le plastique est devenu omniprésent dans notre quotidien. Trop?
Le plastique est devenu omniprésent dans notre quotidien. Trop? — Rui Vieira/REX/REX/SIPA

En 2050, il y aura plus de plastique que de poissons dans les océans. La prédiction issue du rapport 2016 de la fondation Ellen MacArthur, fait froid dans le dos. A travers le monde, les consommateurs se mobilisent pour réduire le nombre d’emballages plastiques. Physiquement via les opérations « Plastic Attack » et virtuellement avec le hashtag #RidiculousPackaging.

L’opération de sensibilisation « Plastic Attack » a été lancée au Royaume-Uni et poursuivit en Belgique ou encore aux Pays-Bas. Le 2 juin prochain, elle aura lieu à Paris. Le principe : aller faire ses courses normalement dans un supermarché, mais partir en laissant les emballages superflus dans le magasin. L’initiative a été lancée par le groupe Facebook du même nom et rassemble déjà une petite centaine de participants potentiels.

Une opération simultanée dans 50 villes à travers le monde

« Chaque "Plastic Attack" est un moyen de sensibiliser et de faire pression sur les supermarchés, pour qu’eux-mêmes fassent pression sur leurs fournisseurs et que les emballages en plastique inutiles soient éradiqués », explique la page Facebook internationale de « Plastic Attack ». Les organisateurs indiqueront le supermarché choisi, 48 heures à l’avance. D’autres citoyens effectueront la même action coup de poing dans plus de 50 villes à travers le monde.

Sur Twitter Greenpeace a lancé le 9 avril dernier le hashtag #RidiculousPackaging. L’ONG incite les internautes à poster sur les réseaux, des photos de produits à l’emballage abusif et à citer le supermarché où ils se trouvent. Un moyen de faire directement pression sur les entreprises. Depuis, de nombreuses photos ont été publiées sous le hashtag et montrent le suremballage de certains produits, notamment des fruits et légumes.