La chaîne YouTube de François Ruffin, l'autre média des Insoumis

POLITIQUE Le député de la Somme connaît un certain succès avec ses vidéos, à l'instar de Jean-Luc Mélenchon durant la campagne présidentielle…

O. P.-V.

— 

Le député François Ruffin dans l'une de ses vidéos YouTube.
Le député François Ruffin dans l'une de ses vidéos YouTube. — YouTube/François Ruffin
  • La chaîne YouTube de François Ruffin compte 40.000 abonnés et 3,5 millions de vues cumulées.
  • Les «bulletins de Ruffin» ont commencé au même moment que les «revues de la semaine» du leader de la FI Jean-Luc Mélenchon.
  • Le député de la Somme applique en ligne la méthode Alinsky chère aux Insoumis.

Le 3 octobre 2017, à Amiens, Emmanuel Macron est en visite à l’usine Whirlpool. François Ruffin est présent aussi, et interpelle son ancien camarade du lycée La Providence d’Amiens, pour lui proposer « un petit détour dans le circuit com’». Le président de la République rétorque : « Oh la communication… Vous êtes l’expert du quartier, je ne vais pas vous concurrencer ».

>> A lire aussi : «Entre soi», «propagande»... A quoi jouent les politiques sur les réseaux sociaux?

Ruffin, expert en mise en scène ? On connaissait l'intervention en maillot de football à la tribune du palais Bourbon ou la chemise sortie du pantalon qui ont créé des débats vestimentaires dont la pertinence sera jugée par chacun. Mais il y a aussi la chaîne YouTube du député de la Somme apparenté France insoumise.

40.000 abonnés

« Ça ne m’intéresse pas trop de commenter ma com'… », balaye François Ruffin, quand il s’agit d’évoquer son succès sur le site de streaming vidéo. Presque 40.000 abonnés et 3,5 millions de vues cumulées, un joli total pour une personnalité politique sur YouTube.

Lancée en novembre 2016, peu de temps après les « revues de la semaine » de Jean-Luc Mélenchon, chef de son groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, la chaîne du député de la Somme est devenue le principal canal de communication avec son public.

>> A lire aussi : Mélenchon sur YouTube: «Ça marche parce qu’il n'essaie pas de se faire passer pour un jeune»

Chez le réalisateur de Merci Patron !, les revues de la semaine s’appellent « les bulletins de Ruffin », tournés dans une cuisine ou dans son bureau de l’Assemblée. Il y commente l’actualité, et met en lumière les causes qui lui tiennent à cœur. « Il est d’une génération qui a compris que le message vertical ne fonctionne plus, c’est une sorte de "politique next door" », explique Anne-Claire Ruel, professeure de communication politique à l’université Paris 13.

Méthode Alinsky

Dès le début de son mandat de député, en juin 2017, François Ruffin expliquait sur RMC vouloir être « député-reporter », lui qui est toujours rédacteur en chef du journal qu’il a créé en 1999 à Amiens, Fakir. Il citait alors comme exemple le fait d’aller « passer 24 heures » dans un service d’hôpital psychiatrique de sa circonscription afin d’en relever les dysfonctionnements, puis de porter cette cause à l’Assemblée nationale.

Dans le même ordre d’idée, le « député-reporter » a publié ce jeudi, pour la journée des droits des femmes, un fil de messages sur Twitter sur le travail des femmes, prenant en exemple les personnes qui s’occupent du ménage à l’Assemblée, « toujours pour remettre le quotidien au cœur de l’hémicycle », commente Anne-Claire Ruel.

Il est possible d’y voir une traduction numérique de la méthode Alinsky prônée par les militants insoumis, qui consiste à se saisir des problèmes du quotidien lors d’un porte-à-porte afin d’amener les citoyens à la politique et les convaincre qu’elle peut « changer la vie », pour reprendre un slogan de François Mitterrand.

>> A lire aussi : En suivant «la méthode Alinsky», les Insoumis espèrent «aller chercher la colère des gens»

« François Ruffin fonctionne comme un aiguillon, il braque les projecteurs sur les sujets qui lui importent, et il sait le faire car il connaît les codes des médias, qu’il casse par cette forme d’authenticité, qui est quand même de la mise en scène. En fait, il fait de la politique de la même manière qu’il a réalisé Merci Patron ! », conclut Anne-Claire Ruel.