Futuroscope: Sebastien Loeb et Thomas Pesquet en vedettes de la nouvelle saison 2018

LOISIRS Le Futuroscope a rouvert ses portes samedi, et propose deux nouvelles attractions en 2018...

Mickaël Bosredon

— 

Le Futuroscope, avril 2017.

Le Futuroscope, avril 2017. — D.Bancaud/20minutes

  • Le deuxième parc d'attractions français a battu des records en 2017.
  • Il présente en 2018 le premier film de l'astronaute Thomas pesquet.
  • A partir d'avril il proposera aussi une attraction en réalité virtuelle autour du pilote Sebastien Loeb.

Né en 1987, le Futuroscope à Poitiers a fêté l'année dernière ses 30 ans. Et de belle manière puisqu'il a battu son record avec deux millions de visiteurs et près de 108 millions d'euros de chiffre d'affaires. « Surtout, nous avons dégagé des niveaux de rentabilité de l'ordre de 20 millions d'euros d'excédent d'exploitation, ce qui nous permet de disposer d'assez de ressources pour être indépendant financièrement » souligne Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope.

>> A lire aussi : Poitiers: Le Futuroscope songe à créer un deuxième parc

Dominique Hummel est venu à Bordeaux présenter la nouvelle saison du deuxième parc d'attractions français, qui a rouvert samedi après une courte pause hivernale. La première nouveauté consiste en un film sur écran géant tourné par l'astronaute français Thomas Pesquet, Dans les yeux de Thomas Pesquet.

Les images de Pesquet tournées à 28.000 km/h et 400 km de la Terre

« On redémarre par un grand classique du Futuroscope qui est la belle image, dans le pavillon du Kinémax qui fait deux courts de tennis, et qui apporte une image  - désormais entièrement numérique - et un son exceptionnels. »

Le Futuroscope présentera en 2018 un film sur la base des images de l'astronaute Thomas Pesquet.
Le Futuroscope présentera en 2018 un film sur la base des images de l'astronaute Thomas Pesquet. - Futuroscope

Thomas Pesquet, formé par 25ème heure, nous livre là son premier film, , avec Marion Cotillard en voix off qui commente les impressions, dans un contenu de 25 minutes. Les images sont prises à 28.000 km/h et à 400 km de l'écorce terrestre, ce qui lui fait faire 16 fois le lever de soleil, et les images sont impressionnantes et parfois insolites » commente Dominique Hummel.

Une attraction en réalité virtuelle sur le siège de co-pilote de Sebastien Loeb

La deuxième nouveauté sera présentée à partir des vacances d'avril, avec une attraction en 5D intitulée Sebastien Loeb Racing Xperience.

« On voulait faire une expérience en réalité virtuelle, mais c'est assez difficile car il y a beaucoup de mauvais contenus. On s'est dit que l'automobile pouvait être un bon moyen d'immersion. Et on s'est tourné vers Sebastien Loeb, qui nous a expliqué que toutes les images embarquées à bord de son véhicule étaient finalement assez loin de ce qu'il ressentait réellement. Un des enjeux était donc de faire sentir ces sensations, et il nous a dit que si le Futuroscope était capable de cela il serait OK et il s'impliquerait totalement dans le projet. »

>> A lire aussi : Bientôt une attraction Sébastien Loeb au parc du Futuroscope, qui va avoir 30 ans

Pour faire revivre ces sensations au plus près, le Futoroscope a eu l'idée de faire venir vers le grand public, le simulateur sur lequel le champion s'entraîne. « Au final, cette attraction, c'est l'alliance entre un pilote, ce simulateur, et le dernier cri de la réalité virtuelle, pour un investissement de 6 millions d'euros. »

Le Futuroscope présente en 2018 une nouvelle attraction autour du pilote Sebastien Loeb.
Le Futuroscope présente en 2018 une nouvelle attraction autour du pilote Sebastien Loeb. - Futuroscope

La Drone Academy déployée puissance deux

Concrètement, le visiteur se retrouve, en tant que co-pilote de Loeb, sur un fauteuil qui bouge sur six axes, et avec différents effets comme le vent, les odeurs qui seront restitués. L'attraction dure 3 minutes, et une centaine de sièges seront proposés.

Enfin, la drone academy, développée par une société bordelaise Dronisos, sera prolongée en 2018, après un premier test en 2017. « Le spectacle sera déployé puissance deux cette année » explique Dominique Hummel. Douze drones se déploient dans un espace autour d'un animateur, dans un show qui fait danser les machines volantes.