Envie de vous prendre pour Thomas Pesquet? Le jeu «ISS Rescue» vous envoie en mission dans l'espace

REALITE VIRTUELLE Voyager dans l’espace à 408 km de la terre en restant dans le IXe arrondissement de Lyon. C’est ce que propose le complexe I-way avec son jeu de réalité virtuelle, « ISS Rescue », sorti le 31 janvier…

Dylan Munoz

— 

Image du jeu ISS Rescue.
Image du jeu ISS Rescue. — I-way
  • I-way a sorti son nouveau jeu de réalité virtuel ISS Rescue le 21 janvier 2018.
  • Dans la peau d’un cosmonaute pour réaliser différentes missions de sauvetage.
  • Un jeu avec des prises de vues qui s’inspirent de films comme Apollo 13.
  • Il faudra débourser 98 euros pour deux personnes.

Le complexe I-way, situé dans le IXe arrondissement de Lyon, vient de mettre au point une nouvelle création de réalité virtuelle baptisée ISS Rescue. Ce nouveau jeu vous permet de glisser dans la combinaison d’un astronaute, envoyé en mission dans l’espace sur la Station Spatiale Internationale, à 408 kilomètres de la Terre. 20 Minutes est parti tester cette dernière merveille technologique, sortie le 31 janvier 2018.

« Une vraie expérience collaborative »

Le but est simple : accomplir différentes tâches comme arrimer deux modules à l’ISS et réussir la mission en binôme. « On a la possibilité d’accueillir six personnes en même temps. C’est une première mondiale », explique Pierre Nicolas président directeur général d’I-way. Chaque individu, doté d’un casque HTC Vive (lunettes) est placé dans un box individuel de 10m².

Pas d’écran devant vous, tout se passe dans le casque. Ce dernier est équipé de « 32 détecteurs pour un suivi de mouvement à 360° » permettant d’immerger le joueur dans le cosmos. L’audio est directement relié dans vos oreilles pour une synchronisation à l’image parfaite.

>> A lire aussi : Tom Cruise peut aller se rhabiller...On a testé un simulateur d'avion de chasse

Apollo 13 comme source d’inspiration

Le visuel est convaincant malgré quelques petits bugs. La station spatiale est réaliste. « On s’est beaucoup inspiré de films comme Apollo 13 », confie Pierre Nicolas. L’espace qui nous entoure est particulièrement bluffant. L’astronaute que vous êtes, flotte à côté du module, la Terre sous vos pieds. La voie lactée au-dessus de vous. Une réussite particulière tant l’image est belle.

Les étapes à franchir sont simples comme arrimer un module à sa place d’origine. Mais évidemment tout ne se passe comme prévu. Des collisions avec les débris d’une explosion ont engendré des trous sur le module, à reboucher au plus vite. Des réparations possibles grâce à l’outil PGT (Pistol-Grip Tool). Vous pouvez vous déplacer grâce à l’outil « carte » sur votre bracelet virtuel. Tout en glissant. Une étrange sensation de flottement se dégage.

Casque et manettes pour l'I-reality
Casque et manettes pour l'I-reality - I-way

Les différentes missions s’enchaînent et la communication avec le partenaire qui se trouve dans la pièce d’à côté, reste essentielle. On échange et surtout on avance. Pour tenter d’arriver au bout du jeu avec succès. « Il y a deux fins différentes, selon si vous arrivez au bout ou non », dévoile le directeur d’I-way, sans trop en dire.

Un voyage sensoriel de 40 minutes

Le centre I-way peut se targuer d’avoir une expérience qui dure 40 minutes. « Là où d’autres centres proposent un format de quelques minutes », explique Pierre Nicolas. Le côté remarquable de ISS Rescue est sûrement d’avoir su donner autant d’importance à la trame scénaristique des missions qu’à l’ambiance.

Le lever de soleil en musique lorsque l’on se trouve dans l’espace rend presque regrettable le retour à la réalité. Quelques secondes dans les étoiles qu’on aimerait prolonger. On en oublie que le monde en face de soi n’est que virtuel.

>> A lire aussi : J'ai testé le vol Zéro-G en apesanteur

Plus d’un an de travail

« On voulait que les gens voyagent au travers de cette aventure. Qu’ils soient marqués par ce qu’ils voient. On a beaucoup insisté sur l’esthétique pour avoir un rendu bluffant », précisent les dirigeants. Et d’ajouter : « Le projet ISS Rescue a nécessité plus de douze mois de travail ». Il a été conçu comme un film. C’est le Studio Myoken, basé au Mans, qui a été chargé de le développer, retravaillant chaque détail jusqu’au bout.

« La qualité du rendu visuel, le niveau technique et 90 images par seconde » assurent un résultat très « fluide à chaque instant ». « On aurait pu mettre des images plus réalistes mais avec le casque, au bout d’un certain temps, ce n’est pas tenable. La sensation n’est pas agréable », ajoute Pierre Nicolas.

Pour tenter cette expérience digne d’une sortie spatiale de Thomas Pesquet​, il faut compter 98 euros pour deux personnes.