Poitiers: Le Futuroscope songe à créer un deuxième parc

LOISIRS Le président du directoire du Futuroscope à Poitiers, Dominique Hummel, a présenté ce mardi les nouveautés du parc de loisirs, et commencé à dessiner l'avenir...

Mickaël Bosredon

— 

Le Futuroscope présentera en 2018 un film sur la base des images de l'astronaute Thomas Pesquet.
Le Futuroscope présentera en 2018 un film sur la base des images de l'astronaute Thomas Pesquet. — Futuroscope
  • Le Futuroscope pourrait ouvrir un deuxième parc dans les 10 à 15 ans, à côté du parc existant.
  • A ce jour, le parc de loisirs se porte plutôt bien.
  • En 2018, de nouvelles attractions seront présentées.

Deuxième parc à thèmes en France avec deux millions de visiteurs en 2017, et près de 108 millions d’euros de chiffre d’affaires, le parc du Futuroscope à Poitiers a présenté mardi ses nouveautés pour 2018. Le parc réouvre en effet samedi 10 février, après sa traditionnelle pause hivernale.

>> A lire aussi : VIDEO. Bassin d'Arcachon: Une salle de spectacles avec un écran de 110 m pour 2019

Président du directoire, Dominique Hummel en a profité pour livrer sa vision du Futuroscope pour les années à venir. « On est évidemment dans une concurrence qui n’a jamais été aussi forte. Et on est dans un besoin de renouvellement. Donc il y a une nécessité d’investissement. Si vous n’êtes pas au rendez-vous, vous ne tiendrez pas très longtemps. »

« Un deuxième parc pour proposer des compléments »

Pour le Futuroscope, « dans les dix ou quinze ans à venir, il faudra réfléchir à un deuxième parc à côté, qui va permettre de proposer des compléments que notre ADN ne permet pas de développer. Deuxièmement, il y a des opportunités qui vont arriver, et dont il faudra se saisir. Le département travaille sur une belle Arena, qui va arriver, ça donne envie de travailler sur des activités plutôt sportives. Donc le Futuroscope, son avenir est à la fois indoor, mais pour les 15 prochaines années il ne pourra pas s’en contenter. »

Une réflexion autour de l’e-sport (compétitions de jeux vidéo en ligne)ou des activités aquatiques est engagée pour ce deuxième parc. Mais il ne s’agit que d’une piste pour l’instant. Il prendrait place sur une partie du parking de 35 ha existant.

>> A lire aussi : Nouvelle-Aquitaine: Plus de visiteurs dans les lieux culturels, plus d'étrangers...Le tourisme est en hausse dans la grande région

La situation du parc de loisirs, qui attire chaque année quelque 100.000 Girondins, est toutefois plutôt bonne. « Le secteur se porte bien, l’année dernière on était sur du + 6 %, et nous avons dégagé un résultat de 20 millions d’euros. Quelques fondamentaux ont l’air solide, sous réserve de la grande question sécuritaire, qui est un gros sujet sur lequel on travaille. Mais ce qu’il se passe dans notre environnement est assez favorable à notre type de business. Pourquoi ? Car il y a un besoin de rupture, de retrouvailles et de se ressourcer. On cherche des lieux où en un ou deux jours on puisse être ailleurs, sans aller trop loin, où on puisse se retrouver en famille, et où on cherche du ressourcement. Et les parcs à thèmes répondent assez bien à cela. De plus, stimulés par la RTT, les gens partent plus mais moins loin et moins longtemps. Et en France c’est particulièrement dynamique, puisque c’est le pays d’Europe où il y a le plus de parcs de loisirs. »

Thomas Pesquet et Sébastien Loeb en vedettes en 2018

Pour 2018, les nouveautés reposeront sur deux grands événements. D’abord un film projeté sur un écran géant de 600 m2, et réalisé à partir des images tournées dans l’espace par l’astronaute Thomas Pesquet.

Ensuite avec la nouvelle attraction XPerience autour du pilote de rallye Sébastien Loeb. Installé au siège de copilote, le visiteur vivra une aventure en 5D et en réalité virtuelle de trois minutes, qui promet d’être décoiffante.