Facebook veut interdire les filtres antisémites utilisés pour cibler certains utilisateurs

ETATS-UNIS Le réseau social a indiqué qu'il allait supprimer ces filtres permettant à des annonceurs d'adresser des publicités à des personnes présentant des sympathies antisémites...

20 Minutes avec AFP
— 
Facebook rattrapé par une affaire de filtres antisémites pour aider les annonceurs à cibler des utilisateurs.
Facebook rattrapé par une affaire de filtres antisémites pour aider les annonceurs à cibler des utilisateurs. — Thibault Camus/AP/SIPA
  • Plusieurs filtres antisémites servaient à cibler des utilisateurs de Facebook pour des annonceurs.
  • Le réseau social a annoncé leur suppression.
  • Google a été confronté au même problème.

Le site d’investigation américain ProPublica a révélé jeudi que des filtres et des catégories donnant la possibilité à des annonceurs de cibler directement des utilisateurs antisémites étaient disponibles sur Facebook. Le géant du Web a annoncé vendredi la suppression de ces catégories.

Sur la plateforme publicitaire automatisée du réseau social, on pouvait trouver des champs tels que « haine du juif » (« jew hater ») ou des catégories regroupant des internautes ayant exprimé un intérêt pour des sujets comme « Comment brûler les juifs » (« how to burn jews ») ou « Comment les juifs ont ruiné le monde » (« History of how jews ruined the world »), a découvert ProPublica.

Presque 2300 personnes associées à la catégorie « haine du juif »

Alerté par des sources anonymes, le média indique s’être connecté à la plateforme publicitaire et avoir découvert par exemple que « haine du juif » était une catégorie comprenant environ 2274 personnes. Le site d’investigation a alors informé Facebook de ses découvertes.

« Nous avons supprimé les champs liés à cette question », a déclaré dans un courriel Rob Leathern, responsable de la gestion des produits chez Facebook. « Nous savons que nous avons encore beaucoup de travail à faire et sommes en train de construire de nouvelles protections dans nos produits et procédures de vérification pour éviter que des problèmes de ce type surviennent encore à l’avenir ».

Facebook veut nettoyer ses filtres

Facebook envisage par exemple de passer en revue les catégories publicitaires avant qu’elles ne soient disponibles pour les annonceurs. Le groupe de Mark Zuckerberg explique que les catégories antisémites ont été créées par des algorithmes sur la base d’informations fournies par les utilisateurs sur leur compte et d’autres données. Elles sont générées en fonction des préférences des uns et des autres.

L’entreprise a découvert qu’un « petit nombre » de personnes seulement avaient fourni des informations « insultantes » dans leur profil et les a « immédiatement » exclues.

Google face au même problème

Cet épisode intensifie les inquiétudes sur l’utilisation qui peut être faite de la plateforme publicitaire de Facebook, réseau social comptant plus de 2 milliards d’utilisateurs.

La semaine dernière, le groupe a indiqué qu’une enquête interne avait montré que des centaines de faux comptes, probablement opérés depuis la Russie, ont été utilisés pour acheter des publicités visant à nourrir des tensions politiques aux Etats-Unis, avant et après l’élection présidentielle de 2016. Quelque 470 comptes ont dépensé au total près de 100 000 dollars entre juin 2015 et mai 2017 pour publier des annonces mettant en avant des fausses informations, avait précisé Facebook.

>> A lire aussi : Au moins 23 millions d’Américains auraient vu des publicités achetées par la Russie sur Facebook

Google a également annoncé vendredi qu’il allait revoir ses procédures de ciblage de publicités pour le même type de problèmes, après que le site BuzzFeed a démontré qu’il était aussi possible pour des annonceurs de faire apparaître des publicités spécifiques quand un utilisateur recherchait des expressions racistes ou intolérantes, comme « sale Juif ». De plus, selon BuzzFeed, la plateforme pour annonceurs suggère d’autres expressions du même type, pour cibler d’autres pages.