Google: Abandon du projet de drones solaires censés fournir Internet

WEB Le géant américain souhaite rationaliser ses dépenses mais ne renonce pas pour autant à l’ensemble de ses idées en cours de développement…

20 Minutes avec agence

— 

Un drone solaire de Titan Aerospace, une société dont Google a annoncé le rachat mi-avril 2014.
Un drone solaire de Titan Aerospace, une société dont Google a annoncé le rachat mi-avril 2014. — AP/SIPA

Google abandonne ses drones solaires. Alphabet, la maison-mère, a annoncé ce mercredi avoir renoncé à développer cette méthode de relais des connexions Internet censée permettre à des zones géographiquement isolées d’être couvertes par un signal à haut débit.

Malgré les promesses faites en 2015 par Sundar Pichai, le directeur général de Google, au sujet d’une prochaine mise en place du système développé par ses équipes, le projet aurait en fait été abandonné il y a environ un an.

Un engin s’était écrasé en mai 2015

Le géant américain avait pourtant mobilisé les moyens nécessaires à l’aboutissement du projet, notamment en rachetant en 2014 la start-up Titan Aerospace, spécialisée en construction de drones capables d’évoluer à 20 kilomètres d’altitude, rappelle Le Figaro.

Mais lors d’un essai dans l’État américain du Nouveau-Mexique en mai 2015, un engin s’était écrasé et, quelques mois plus tard, les experts venus de Titan Aerospace avaient rejoint Google X, la branche du groupe dédiée aux recherches innovantes. Le développement des drones-relais avait ensuite été stoppé.

>> A lire aussi : Facebook: Premier vol réussi pour Aquila, le drone solaire qui doit mondialiser Internet

Une politique de restriction économique

La société, qui a également renoncé à poursuivre le travail sur son propre véhicule sans conducteur, serait en fait en train d’appliquer une politique de restriction et de discipline économiques lancée par sa responsable financière, Ruth Porat, indique Bloomberg. Une nouvelle direction qui n’empêche cependant pas Google de continuer à voir loin en matière d’amélioration du quotidien des habitants des zones difficiles d’accès.

Ainsi, l’idée de fournir à ces derniers une connexion Internet venue du ciel reste dans les esprits des ingénieurs de Titan Aerospace, qui envisagent désormais, via le projet Loon, d’avoir recours à des montgolfières stratosphériques à l’hélium. Quant aux drones, leur utilisation reste d’actualité, puisqu’Alphabet travaille toujours au projet Wing, dont le but est de livrer rapidement de petits objets dans des régions isolées.