La Chine a rendu le drone sous-marin américain qu’elle avait saisi

MONDE L'incident avait tendu les relations entre les deux pays en mer de Chine méridionale...

M.C. avec AFP

— 

Le navire océanographique américain USNS Bowditch.
Le navire océanographique américain USNS Bowditch. — AP/SIPA

L’incident avait inspiré à Donald Trump l’un de ses plus beaux lapsus, mais surtout le mécontentement du Pentagone. La Chine a rendu mardi aux Etats-Unis le drone sous-marin qu’elle avait saisi en mer de Chine méridionale, a annoncé le ministère chinois de la Défense. La restitution met fin à un incident qui avait tendu les relations entre les deux pays dans cette zone contestée.

>> A lire aussi : Donald Trump tweete sur la Chine et fait le plus beau lapsus de sa courte carrière présidentielle

Un responsable de la défense américaine avait annoncé lundi que cette restitution aurait lieu dans les vingt-quatre heures, précisant que l’engin serait remis à l’équipage d’un navire de guerre américain dans les environs du récif de Scarborough, un îlot situé au large des Philippines. Un destroyer américain devait être sur place, d’après ce responsable.

« Vol effronté »

Selon Washington, ce drone, utilisé pour mesurer la salinité et la température de l’eau, avait été saisi jeudi par la Chine à quelque 50 milles marins au large des Philippines. Le Pentagone a expliqué que l’engin était un appareil commercial collectant des données utiles pour les sonars et les sous-marins. La marine américaine posséderait 130 de ces appareils pesant chacun une soixantaine de kilos, précise l’agence Reuters.

La Chine a expliqué avoir saisi le drone car il posait une menace sécuritaire potentielle pour des navires et Pékin s’est dit « fermement opposé » aux opérations de reconnaissance des Etats-Unis dans le secteur. Un responsable de la Défense avait dénoncé un « vol effronté ».

Pékin revendique la mer de Chine méridionale en quasi-totalité

Samedi, Donald Trump avait réagi à l’affaire par un tweet dans lequel il accusait la Chine d’avoir volé la sonde, qualifiant l’incident de « sans président » (« unpresidented »). Le lapsus avait été promptement rectifié et le tweet original effacé, mais pas avant d’avoir été repéré par les internautes.

>> A lire aussi : Pourquoi les propos de Donald Trump concernant Taiwan inquiètent la Chine

Pékin a démenti lundi cette accusation en expliquant avoir « trouvé » la sonde et l’avoir saisie pour pouvoir l’examiner. Le gouvernement chinois avait annoncé dès samedi son intention de la restituer. La mer de Chine méridionale, que le régime chinois revendique en quasi-totalité, est également réclamée par plusieurs pays de la région. Washington y fait croiser régulièrement sa marine, au grand dam de Pékin, au nom de la liberté de navigation.