Facebook: Premier vol réussi pour Aquila, le drone solaire qui doit mondialiser Internet

ETATS-UNIS Cet essai concluant rapproche le géant américain de la réalisation de son projet : relier à Internet certaines des régions les plus isolées du globe…  

20 Minutes avec agences

— 

Avec ses drones "Aquila", Facebook veut étendre l'accès à internet dans les zones reculées.
Avec ses drones "Aquila", Facebook veut étendre l'accès à internet dans les zones reculées. — Facebook

Premier vol test réussi pour Aquila. Le drone solaire de Facebook s’est élancé avec succès depuis le Yuma Proving Ground, une base militaire du sud-ouest des Etats-Unis, a annoncé jeudi le géant américain dans un communiqué. Objectif : pouvoir utiliser un jour l’appareil comme antenne-relais aérienne pour apporter Internet dans les régions reculées du monde.

Après plusieurs mois de tests avec un appareil du même modèle, mais à échelle réduite, il s’agissait du premier envol d’une version à taille réelle de l’engin. Il a permis de collecter des données sur le comportement du drone dans de véritables conditions de vol.

>> A lire aussi : Facebook dévoile un drone pour fournir du réseau Internet

Un essai de 96 minutes

Facebook s’est félicité de cet essai réussi qui a duré 96 minutes, soit trois fois plus longtemps qu’initialement prévu. Ce succès rapproche encore un peu plus le géant américain de la réalisation de son projet de mise en réseau de ces drones, en les plaçant à haute altitude de manière géostationnaire (toujours au-dessus de la même zone de la Terre).

Reliés entre eux et avec le sol par des lasers, les appareils Aquila pourraient permettre à une partie des 60 % des habitants de la planète sans accès à Internet d’être finalement dans une zone couverte.

« Nous allons pousser Aquila jusqu’à ses limites avec une longue série de tests dans les prochains mois et années (…) pour l’emmener finalement au-dessus de 60.000 pieds », indique Jay Parikh, ingénieur en chef chez Facebook. Soit une hauteur d’environ 18 kilomètres, correspondant à l’altitude de croisière des drones.