SNCF: Porteurs, conseillers ou nettoyeurs, les robots au service des usagers

EMPLOI Le directeur général de SNCF Gares & Connexions assure que ces « robots n’enlèveront pas d’emplois », mais viendront aider les agents…

20 Minutes avec agences

— 

Le robot Pepper en gare de Nort-sur-Erdre mercredi 9 décembre 2015.
Le robot Pepper en gare de Nort-sur-Erdre mercredi 9 décembre 2015. — F.Brenon/20Minutes.fr

Ils portent les bagages des personnes à mobilité réduite, nettoient les halls ou dénichent les toiles d’araignée : les robots partent à la conquête des gares de l’Hexagone, la SNCF explorant différentes pistes pour mettre cette innovation au service de ses usagers.

Swingobot, du Pentagone à la gare de Lyon

Ainsi, dès le 1er mars, à la gare de Lyon (Paris), les voyageurs pourront voir s’activer un robot nettoyeur capable de fonctionner tout seul. Il suffira à l’agent de propreté d’appuyer sur un bouton et le robot se lancera dans le nettoyage de la zone demandée. Dotée de capteurs et d’une vision à 360 degrés, la machine s’arrête en moins d’une demi-seconde dès qu’elle détecte un obstacle, un voyageur par exemple.

« Il n’y a aucun risque de collision avec cette autolaveuse automatisée Swingobot », assure Francis Rodrigues, référent pour la France de cette machine intelligente fabriquée par une société américaine et qui vaut « dans les 30.000 euros ». Déjà utilisé à l’aéroport de Houston (Etats-Unis) et au Pentagone notamment, le robot vient d’être homologué en Europe.

>> A lire aussi : Première au Japon : Un magasin bientôt exclusivement géré par des robots

L’exemplaire de la gare de Lyon est le premier à être déployé en Europe, indique Patrick Ropert. Ce robot fait partie des innovations prévues dans le nouveau contrat de prestation de nettoyage confié à la société Sud Services, précise le directeur général de SNCF Gares & Connexions.

Un drone chasseur de toiles d’araîgnées

Cette branche de la SNCF en charge des gares, qui a décidé de « relever le défi de la propreté des gares », va aussi expérimenter un « robot voltigeur-laveur » qui sera chargé de nettoyer les vitres en hauteur et d’ôter les toiles d’araignées. Elle a chargé une petite société, Veymont Technologie, d’adapter un drone à ce type d’usage. Il sera testé en mai dans la gare de Valence-TGV qui comporte une très grande verrière.

Enfin, un dernier robot vise à seconder les agents SNCF dans leur tâche d’accompagnement des personnes à mobilité réduite. Il est en cours de mise au point par la société de robotique Effidence, une PME de Clermont-Ferrand.

>> A lire également : Japon : Un hôtel géré par des robots vient d’ouvrir ses portes

« Actuellement, les agents doivent à la fois les accueillir convenablement, s’occuper de leur chaise roulante et porter les bagages. Avec le chariot robotisé intelligent qui se chargera des valises, l’agent de la SNCF va pouvoir s’occuper à 100 % des personnes à mobilité réduite », souligne à l’AFP Cédric Tessier, PDG d’Effidence. Les personnes concernées auront juste à appuyer sur un bouton et à se mettre devant le robot : celui-ci les suivra comme un toutou.

Sur les traces de Pepper, l’humanoïde-conseiller

Déjà utilisé pour la récolte du raisin en Champagne, ce « chariot » est en cours d’adaptation pour ce nouveau type d’usage. Il sera testé en mai à la gare de l’Est à Paris, afin d’être dimensionné correctement et Gares & Connexions a débloqué un budget de 50.000 euros pour adapter ce robot à ses besoins.

>> A lire : Emploi : Les nouvelles technologies à l’origine de la perte de 5 millions emplois d’ici 2020 ?

« Les robots n’enlèveront pas d’emplois dans les gares. Simplement les agents chargés de la propreté pourront se consacrer à d’autres tâches comme décoller les chewing-gums, nettoyer les vitres », assure déjà Patrick Ropert.

Depuis décembre, la SNCF teste également le robot humanoïde Pepper dans trois gares TER en Pays de la Loire (Saumur, Sables-d’Olonne, Nort-sur-Erdre). Le robot franco-japonais, qui mesure 1,20 mètre, est là pour accueillir, renseigner et accompagner les voyageurs. Il peut leur donner des conseils touristiques et même jouer avec eux s’il y a de l’attente aux guichets.