Prizm: La musique se re-connecte à nos envies

AUDIO Quatre jeunes entrepreneurs français préparent avec Prizm le lancement d’un objet connecté qui pourrait révolutionner notre façon d’écouter la musique. Pour eux, le succès fait déjà des gammes…

Christophe Séfrin

— 

Prizm reconnait les auditeurs et adapte la musique selon leurs goûts et la situation.
Prizm reconnait les auditeurs et adapte la musique selon leurs goûts et la situation. — PRIZM

Olivier, Arthur, Pierre et… Pierre ont 25 ans et sont prêts à conquérir le monde des objets connectés avec Prizm. Prizm, c’est le nom du petit boîtier en forme de prisme que ces trois ingénieurs et designers ont créé. Dédié à la musique, cet étrange objet auquel on connecte sa chaîne stéréo ou de simples enceintes joue les DJ à notre place.

Smartphones détectés, utilisateurs reconnus

Pour autant, pas question pour Prizm de mixer nos playlists bêtement. Sa vocation est de toujours nous proposer des titres que nous apprécierons en les puisant sur Spotify ou Deezer. Mais mieux: Prizm sait en adapter la sélection selon la situation. Pour cela, l’appareil reconnaît son ou ses utilisateurs lorsqu’il détecte leur smartphone. A chaque terminal est associé un profil contenant les goûts musicaux de son propriétaire…

Des morceaux adaptés à chacun et chaque instant 

Dès lors, le petit boîtier sélectionne les titres diffusés. Vous aimez? Validez avec un appui sur le bouton tactile en forme de cœur. Pas convaincu? Appuyez sur «+». Au fur et à mesure, Prizm apprend… Ainsi, le boîtier évolue et s’adapte aux auditeurs en créant sa propre playlist au fur et à mesure des écoutes. Prizm va même plus loin en tenant compte de l’instant. Ainsi, les titres joués ne seront pas les mêmes au réveil que lors d’une soirée en amoureux… « Cinq à six scénarios sont ainsi pris en compte », explique Pierre Verdu, cofondateur de Prizm.

Commercialisation pas avant mi-2015

Déception cependant: Prizm ne sera pas au pied du sapin à noël! Encore à l’état de projet, son financement sur la plateforme participative Kickstarter est néanmoins avéré: les 70.000 dollars espérés ont largement été dépassés grâce à l’engagement de plus de 600 internautes. Et nos jeunes entrepreneurs français ont acquis le soutien d’Orange qui va les aider à identifier les bons fournisseurs. Du coup, le rendez-vous est pris dans les magasins en juin 2015 pour s’offrir Prizm (sans doute vendu autour de 169 euros). En attendant, la «french tech» creuse son sillon.