Google investit 542 millions de dollars dans Magic Leap, une start-up de réalité augmentée

HIGH-TECH Pour l'instant, l'entreprise ne dispose actuellement d'aucun produit commercialisable et ne génère pas le moindre chiffre d'affaires...

20 Minutes avec AFP

— 

Capture d'écran du site Magic Leap.
Capture d'écran du site Magic Leap. — Magic Leap

Nous avons évoqué la semaine dernière la mystérieuse «réalité cinématique» de Magic Leap qui affole la Silicon Valley. Finalement, c'est le géant américain de l'Internet Google qui a investi dans cette start-up. Magic Leap devrait ainsi pouvoir accélérer le développement d'un produit commercialisable. Magic Leap indique sur son site internet avoir levé un total de 542 millions de dollars auprès d'un groupe d'investisseurs emmenés par Google.

La réalité augmentée consiste à introduire des images de synthèse dans le champ de vision de l'utilisateur. Sur son site, Magic Leap montre des images d'un éléphant niché dans la paume d'une main ou une baleine planant au-dessus d'une plage.

>> Lire notre article sur le fonctionnement de la technologie Magic Leap

Le fabricant de puces Qualcomm, le groupe de médias Legendary Entertainment (dans lequel vient d'investir le groupe japonais SoftBank) et plusieurs fonds dont KKR et le spécialiste du secteur technologique Andreessen Horowitz ont également participé à la levée de fonds.

Une entreprise valorisée à 2 milliards de dollars

D'après le New York Times, l'injection de capital valorise à quelque 2 milliards de dollars cette startup, qui est basée loin de la Silicon Valley dans une banlieue de Miami (Floride, sud-est des Etats-Unis), ne dispose actuellement d'aucun produit commercialisable et ne génère pas le moindre chiffre d'affaires.

Magic Leap dit toutefois vouloir utiliser les fonds «pour accélérer le développement de produits, sortir des kits de développement de logiciels, étendre son écosystème de contenus et commercialiser son propre accessoire portable mobile».

Son patron-fondateur, Rony Abovitz, affiche son ambition de «transcender» la perception actuelle de l'informatique mobile et de la réalité virtuelle, afin de «révolutionner la manière dont les gens communiquent, font des achats, apprennent, partagent et jouent».

Après Facebook et le casque Oculus

Un autre grand nom de la high tech américaine, le réseau social Facebook, a déjà investi dans ce domaine en rachetant cette année pour 2 milliards de dollars le spécialiste de la réalité virtuelle Oculus, qui a conçu un casque utilisable, entre autres, dans le domaine des jeux vidéo. Le patron de Facebook a affiché l'ambition d'en faire une plateforme de communication plus large, pour assister à des cours virtuels ou consulter un médecin à distance par exemple.

Google a pour sa part conçu un prototype de lunettes connectées, les Google Glass, qui servent pour le moment à des tâches inspirées des smartphones, comme la réception ou l'envoi de messages, la prise de photos. Elles entrent dans le cadre de la diversification du groupe internet au-delà de ses activités traditionnelles de recherche et de publicité en ligne. Google a notamment investi dans la robotique ou les drones par exemple.