Réalité virtuelle: Facebook rachète Oculus et son casque pour 2 milliards de dollars

HIGH-TECH Selon Mark Zuckerberg, le casque Oculus Rift va «changer la manière dont nous travaillons, jouons et communiquons»...

Philippe Berry

— 

L'Oculus Rift est l'un des prototypes les plus prometteurs en matière de réalité virtuelle.

L'Oculus Rift est l'un des prototypes les plus prometteurs en matière de réalité virtuelle. — M.BOWLES/REX/SIPA

Facebook continue son shopping. Moins d'un mois après avoir fait un chèque de 19 milliards de dollars pour Whatsapp, le réseau social a annoncé, mardi, qu'il allait racheter Oculus VR, une startup spécialisée dans la réalité virtuelle, et ses 75 employés. Une fois validée par les autorités, la transaction devrait grimper à 2 milliards de dollars: 400 millions en cash, le reste en actions.

>> Vidéo: C'est quoi, au juste, l'Oculus Rift?

Pour Facebook, ce rachat est un coup de poker. Le casque Oculus Rift en est encore au stade du prototype, avec une commercialisation qui n'interviendra sans doute pas avant 2015, le temps de finaliser le produit et de laisser les développeurs apprivoiser la technologie. Surtout, Facebook passe ici du software au hardware, une transition toujours compliquée –Microsoft et Google peuvent en témoigner.

Immergé dans un monde virtuel

Mark Zuckerberg regarde vers l'avenir. «Le mobile est la plateforme d'aujourd'hui mais nous préparons celles de demain. Oculus a le potentiel pour changer la façon dont nous travaillons, jouons et communiquons», affirme-t-il.

Le casque d'Oculus est composé d'un écran qui simule une vision stéréoscopique et de capteurs qui suivent les mouvements de la tête de l'utilisateur. Il peut donc être immergé dans un monde virtuel ou bien voir en direct un flux vidéo de la réalité augmentée de graphismes de synthèse. L'illusion est quasi-parfaite pour le cerveau: quand on tourne la tête à gauche, la caméra et l'image suivent. Si on se trouve en haut d'une montagne, on a le vertige.

Le jeu vidéo, la priorité

Le jeu vidéo sera la priorité d'Oculus, qui restera indépendant au sein de Facebook, mais Zuckerberg voit plus loin. «On pourra vivre un match de basket comme si on était sur le parquet, étudier dans une classe virtuelle, faire du shopping ou consulter un docteur à distance». Selon lui, les réseaux sociaux d'aujourd'hui permettent de partager des moments. Ceux de demain, des expériences.

Palmer Luckey, 21 ans aujourd'hui, a démarré Oculus comme un projet Kickstarter en 2012, levant 2,5 millions de dollars. Rapidement, les développeurs s'intéressent à la technologie et le co-créateur de «Doom», John Carmack, rejoint la startup en août 2013 comme directeur technologique.

Le créateur de «Gears of War», Cliff Bleszinski, Gabe Newell (Valve) Tim Sweeney (Epic Games) estiment tous que l'heure de la réalité virtuelle a sonné. Un avis partagé par Sony, qui a dévoilé son prototype de casque la semaine dernière. Game on.

Mots-clés :

Aucun mot-clé.