L’Etat veut multiplier par cinq le nombre de voitures radar privatisées d’ici fin 2021

SECURITE ROUTIERE Dans son projet de loi des finances 2021, le parc sera composé de 4.700 radars dont 223 voitures-radars conduites par des chauffeurs privés

20 Minutes avec agences

— 

Un radar automatique embarqué dans une voiture normalisée. Illustration
Un radar automatique embarqué dans une voiture normalisée. Illustration — ALAIN JOCARD / AFP

L’annexe concernant les « dispositifs de sécurité routière » du projet de loi des finances 2021 a révélé que l’Etat prévoyait 4.700 radars d’ici à décembre 2021. Dans le décompte de ces radars, établi par La Ligue de Défense des Conducteurs, 450 voitures radar seront déployées dont 223 seront externalisées, soit presque six fois plus qu’actuellement.

Au 1er juin 2020, sur les routes de Bretagne, du Centre-Val-de-Loire, de Normandie et des Pays-de-la-Loire, seules quarante voitures radar conduites par des chauffeurs privées étaient en circulation. Roulant en moyenne 5 h 30 par jour, contre 1 h 45 pour celles des forces de l’ordre, elles comptabilisent déjà « un tiers des heures de contrôle » donnant lieu à 876.990 contraventions, indique L’Argus.

« Une nouvelle source de stress »

Des véhicules banalisés équipés d’un flash infrarouge attendent donc déjà les automobilistes sur ses routes et la région Grand-Est sera la suivante. « Le seul objectif de ce nouveau fléau des routes est de piéger les conducteurs », souligne la Ligue. Elle précise que ces dispositifs « ne feront jamais diminuer l’accidentologie et ne feront qu’occasionner une nouvelle source de stress pour les automobilistes ».

La Ligue de Défense des Conducteurs a détaillé le décompte du parc des 4.700 radars. Outre ces 450 voitures radar, on peut trouver également 1.000 radars fixes, 450 radars mobiles, 1.200 radars tourelles, 300 radars de feux rouges, 250 radars chantiers ou encore 78 radars de passages à niveau.