Anderlecht-PSG: Paris s'impose au talent individuel (4-0) et fonce vers la qualif'

FOOTBALL Le PSG a battu Anderlecht 4-0 en Ligue des champions, mercredi...

François Launay

— 

Le match PSG-Anderlecht à Bruxelles, le 18 octobre 2017.

Le match PSG-Anderlecht à Bruxelles, le 18 octobre 2017. — Emmanuel DUNAND / AFP

De notre envoyé à Bruxelles,

Trois matchs, trois victoires, douze buts marqués, aucun encaissé. Pour l’instant, cette campagne de Ligue des champions ressemble à une promenade de santé pour le PSG. Vainqueur mercredi soir sur la pelouse d’Anderlecht (0-4), le club de la capitale a quasiment validé son ticket pour les huitièmes de finale de Ligue des champions. Avec neuf points, les Parisiens sont en tête de leur groupe et n’ont plus besoin que d’un succès à domicile dans deux semaines face aux Belges pour valider officiellement leur qualification.

>> Revivez le match Anderlecht-PSG par ici...

Mais si le club fait le boulot sur le plan comptable, c’est un peu moins le cas au niveau de la qualité de jeu. Car mercredi en première période, Anderlecht a beaucoup bougé des Parisiens qui se sont reposés sur le talent de leurs trois stars offensives : Mbappé, Cavani et Neymar tous buteurs à Bruxelles. Mais au final, en jouant moyennement, ce Paris-là s’impose 4-0. De quoi être confiant pour la suite…

Mbappé s’est bien rattrapé

Muet samedi dernier à Dijon où il avait vendangé plusieurs occasions, Kylian Mbappé n’aura pas gambergé longtemps à Bruxelles. Après seulement trois minutes, l’attaquant avait déjà donné l’avantage à son équipe d’une belle frappe croisée dans un angle compliqué. Et juste avant la pause (44e), sa remise intelligente de la tête vers… la tête de Cavani a ajouté une passe décisive à ses statistiques impressionnantes. A seulement dix-huit ans et dix mois, Mbappé a déjà inscrit huit buts en Ligue des champions. Ne cherchez pas, à son âge, personne n’a fait mieux dans l’histoire de la compétition, pas même un certain Lionel Messi.

Areola a sauvé les meubles en première mi-temps

Si à la mi-temps, le PSG menait 2-0, Anderlecht pouvait légitimement crier au hold-up… Car en première période, les Belges ont dominé les Parisiens. Et sans un très bon Areola, que ce soit dans ses sorties ou sur sa ligne, pas sûr que la soirée bruxelloise se serait déroulée tranquillement. Décisif à au moins cinq reprises, le gardien a prouvé qu’il était en train d’assumer son statut de numéro 1. Sa prestation ne doit pas faire oublier la fébrilité de sa défense en première période à l’image d’un Dani Alves qui avait pris des faux airs du Patrice Evra de l’OM. Heureusement, il y aura eu du mieux en deuxième mi-temps où un coup franc direct de Neymar (66e) et un but de Di Maria (88e) auront scellé le succès du PSG.

Et maintenant, place à l’OM

Onze victoires et un nul en douze matchs toutes compétitions confondues. A l’exception d’un petit nul à Montpellier (0-0), le début de saison parisien est conforme au recrutement galactique opéré cet été. Même sans forcer, comme ce fut le cas mercredi à Bruxelles, Paris gagne et même largement. De quoi arriver en pleine confiance dimanche au Vélodrome. Pour le choc face à Marseille, Unai Emery devrait faire confiance aux vainqueurs d’Anderlecht. Si le PSG joue comme en première mi-temps, il y aura peut-être un vrai match, une vraie opposition et donc un vrai suspense. Car pour l’instant, avec Paris, c’est toujours le même scénario qui se répète à la fin.