PSG: Julian Draxler en milieu de terrain, vrai coup de foudre ou un simple coup d'un soir?

FOOTBALL Unai Emery a peut-être trouvé le ticket d’or en replaçant Draxler au milieu du terrain…

Aymeric Le Gall

— 

Julian Draxler ouvre grand les bras à son nouveau poste de milieu de terrain.
Julian Draxler ouvre grand les bras à son nouveau poste de milieu de terrain. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA
  • Unai Emery a testé Draxler dans le milieu à trois contre les Girondins de Bordeaux fin septembre.
  • L’Allemand a réalisé un match assez dingue ce jour-là au Parc des Princes.
  • Reste maintenant à savoir s’il pourra réitérer ce genre de performances à ce poste-là sur la durée.

Quand Unai Emery a organisé un date surprise entre Julian Draxler et le poste du milieu de terrain, le 30 septembre dernier contre Bordeaux au Parc des Princes, le jeune Allemand a fait comme tout minet qui se respecte en pareille circonstance : il s’est sapé un peu classe, s’est aspergé de parfum et s’est jeté dans le grand bain en se disant qu’au fond il n’avait rien à perdre.

Au pire il ne se passe rien, il paye la note et quitte son rencard d’un soir sans même se retourner, au mieux ça matche, et le premier rendez-vous en appellera un second et ainsi de suite.

Finalement, au terme de cette heure et demie de tête-à-tête romantique, et au-delà même de la fessée parisienne infligée aux Girondins (6-2), le constat est là, limpide : si on ne peut parler de coup de foudre, au moins s’est-il passé un vrai truc. Et si le deuxième rencard, contre Dijon, ne s'est pas forcément bien passé, on a quand même sacrément envie de voir ce que ça peut donner sur la longueur. 

Une (demie) révélation

On n’est d’ailleurs pas les seuls à le dire. Après Bordeaux, Draxler lui-même a avoué que c’était son « meilleur match depuis le début de la saison ». Consultant pour Canal + (qui diffusera le match Anderlecht-PSG mercredi soir à 20h45), Habib Beye s’est dit « agréablement surpris par son rendement au poste. Je l’ai trouvé très bon, c’était la belle surprise de ce match. »

Si Draxler est surtout connu pour ses qualités d’attaquant, ses dribbles élégants et sa vitesse de percussion, il a aussi les qualités pour jouer un peu plus bas. « Il a un gros volume de jeu, un peu dans le style des box-to-box à l’anglaise, poursuit Beye. Et même dans la récupération du ballon il est intéressant. »

C’est surtout là que l’Allemand a épaté. Hyper concentré en situation défensive - bon ok c’est pas arrivé souvent - prêt à sauter sur le moindre ballon, Draxler a montré des qualités défensives insoupçonnées. 

Valérien Ismael, qui a connu « Yulian Draxla » à l’époque où il entraînait Wolfsburg, n’est pas surpris:

Julian a toujours eu un vrai sens de l’anticipation, tout simplement parce que c’est quelqu’un qui sent le football, qui sent le jeu avant les autres sur un terrain. Ça, plus ses courses en profondeur, sa conduite de balle, sa capacité à casser les lignes, ça lui donne beaucoup de cartes en main pour jouer à ce poste. »

Simplicité, sobriété, efficacité

Dans ce milieu à trois, Draxler a montré à son coach qu’il pouvait être une vraie alternative à l’avenir. On l'y a vu organiser le jeu, un peu à la manière d’un Thiago Motta ou d’un Marco Verratti, en ajoutant un apport offensif évident.

« Ce qui me plaît dans ce profil-là, c’est que même si on part sur un 4-3-3 initial, il a la capacité, lui, de par sa projection, de transformer le système en 4-2-3-1, poursuit Beye Il permet au système d’évoluer en cours de match et ça c’est une bonne chose pour Emery et le PSG ».

L’autre élément qui nous permet de penser que Draxler a peut-être un avenir à gauche du milieu à trois, c’est sa simplicité dans le jeu. L’ancien défenseur marseillais déroule :

C’est cette simplicité qui me plaît chez Draxler. C’est l’un des seuls dans cette équipe qui ne fait pas de fantaisie, qui est toujours dans l’efficacité dans ses déplacements, dans ses transmissions. Même quand c’est facile, c’est quelqu’un qui reste en permanence dans l’efficacité et aujourd’hui, dans une équipe qui tourne autant que celle du PSG, tu peux avoir un petit peu cette envie égoïste de briller en solo, d’en faire un petit peu trop. Ce qui m’a plu contre Bordeaux, malgré le score, c’est que du début à la fin, Draxler est resté simple. »

Une vraie carte à jouer

Et comme il est loin d’être couillon, Draxler a très vite compris, après le mercato estival parisien et les arrivées conjuguées de Neymar et Mbappé, qu’il avait à peu près le même pourcentage de chances de s’imposer comme titulaire sur le front de l’attaque que Gasquet de remporter Roland-Garros.

>> A lire aussi : L'espoir fait vivre: Julian Draxler estime qu'il a «envoyé un message» au PSG en marquant avec l'Allemagne

« Il n’a pas trop le choix (de s’adapter) !, lâche Ismael. Quand t’as Mbappé, Neymar et Cavani devant toi dans la hiérarchie… A lui de se montrer intelligent, de voir où l’équipe peut avoir besoin de lui et de s’adapter en fonction. Il doit donner le maximum là où on fait appel à lui, je pense qu’il a tout à gagner s’il est capable de se révéler à une position où personne ne l’attend. Je crois que dans sa situation, il faut qu’il prenne ce qu’il y a à prendre. »

Habib Beye confirme: « Evidemment qu’il doit se dire qu’il y a peut-être plus de place dans ce milieu à trois et qu’il aura sûrement plus de temps de jeu à ce poste, surtout au vu de l’âge avancé de Thiago Motta, des blessures à répétition et des suspensions de Verratti. C’est tout bénef pour lui. »

Mais il y a un mais, voire plusieurs…

Bon, c’est bien joli tout ça mais faudrait peut-être penser à appliquer un peu ce qu’on a tenté de nous apprendre en école de journalisme, à savoir nuancer notre propos. Alors okay, Draxler a montré des qualités intéressantes et semé le trouble dans l’esprit de Emery, mais…

  • Mais il n’y avait personne en face. Bordeaux est venu au Parc en mode touriste, chaussures bateau aux pieds, pull noué sur les épaules et appareil photo en bandoulière.
  • Mais dès le match suivant, contre Dijon, ce n’est même pas qu’il a été moyen, c’est qu’il a carrément été zéro (à sa décharge, ça n’a pas été le seul et il sortait d’une petite grippe).
  • Mais ce n’est pas sûr qu’il sera capable de briller à ce poste quand le PSG rencontrera une top équipe européenne qui mettra beaucoup plus d’impact au milieu que les plots girondins.

Ils en pensent quoi, nos deux témoins, de ce dernier doute qu’on pointe du doigt ? Ils valident en cœur.

Ismael : « Je ne suis pas sûr que, quand le PSG va devoir faire de gros efforts défensifs, revenir, aller dans les duels, Julian soit la personne adéquate à ce poste. Comme ce n’est pas du tout sa vocation, j’ai plus de doutes. »

Beye : « Je demande à voir avec une opposition contre laquelle il faudra plus défendre, où il faudra mettre plus d’impact dans les duels, là on n’a pas encore de visibilité sur ce que Draxler peut apporter dans ce milieu à trois. On ne sait pas aujourd’hui s’il est capable de défendre pendant 90 minutes, de mettre de l’impact comme peut le faire un Thiago Motta ou un Verratti. »

Bilan séduction des experts de 20 Minutes: après un premier tête à tête du tonnerre avec le milieu de terrain, et malgré un deuxième rendez-vous complètement raté pour cause de maladie (qui n'en a pas connu...), on a sacrément envie que Draxler décroche au plus vite un troisième rencard. Ca serait quand même un peu dommage de passer à côté d’une belle histoire d’amour alors que les deux tourtereaux sont font clairement du gringue.