Rafael Nadal n’a pas fêté sa victoire au premier tour du Rolex Paris Masters contre Chung comme s’il avait remporté un tournoi du grand chelem, mais pas loin. L’Espagnol n’a pas pu s’empêcher de serrer le poing et pousser un cri rageur en rejoignant sa chaise après avoir serré la main de l’arbitre. Cette fois c’est sûr, Rafa terminera 2017 au sommet du tennis mondial. Personne, pas même sa nouvelle bête noire, Roger Federer, ne l’en empêchera.

Comme le précise le compte Twitter du Masters 1000 de Paris, c’est la quatrième fois que l’Espagnol réalise une telle performance. C’est d’autant plus remarquable que Nadal était donné pour beaucoup bon pour la casse il y a à peine un an. En 2017, il a gagné deux Masters 1000 et deux tournois du grand chelem. Solide.

«Ce n'était pas un objectif. Pour moi, c'était impossible de l'envisager après avoir vécu une période difficile, avoir été blessé pendant 2 ans à peu près. Bien sûr, maintenant, c'est arrivé, je suis très heureux, a-t-il dit en conférence de presse après la rencontre. En tout cas, il y a vraiment une grande différence entre la première fois il y a 10 ans et maintenant, parce que cela a été très difficile.»

Vainqueur de Chung à l’expérience

On en oublierait presque de parler de son match du jour. Sans vraiment briller, le protégé de Carlos Moya et Toni Nadal s’est défait du piège Chung-Hyeon en deux manches (7-5, 6-3), après avoir pas mal souffert dans le premier set. «Il y a de la place pour progresser encore. Je suis prêt à faire tout ce qu'il faut pour ça, j'ai de l'énergie», assure le Majorquain, qui jouera Pablo Cuevas en huitièmes de finale.