Paris 2024: Alors, elle s'est passée comment cette tournée des sites du CIO?

JEUX OLYMPIQUES Attention spoiler : plutôt bien... 

N.C.

— 

Patrick Baumann (à droite) et Tony estanguet font la course avec des enfants, lors de la visite du CIO au Stade de France, le 15 mai 2017.

Patrick Baumann (à droite) et Tony estanguet font la course avec des enfants, lors de la visite du CIO au Stade de France, le 15 mai 2017. — ISA HARSIN/SIPA

Sacrée journée, lundi, pour Paris 2024. Au lendemain de la présentation technique du projet, la commission d’évaluation a été emmenée pour une visite exhaustive des sites destinés à accueillir les JO. Partis à 7h30 le matin, les membres du CIO en ont été quittes à 18h passées, après s’être rendus à la Tour Eiffel, au Stade de France, au Château de Versailles, au Parc de la Villette et on en passe. « Ça a été une journée productive, intéressante, a débriefé Patrick Baumann, le président du CEV, à l’arrivée. On a été très contents de croiser beaucoup de champions. »

>> A lire aussi: Au-delà du CIO, c'est aussi le moment pour Paris de vendre son projet au monde entier

Comme annoncé, Paris n’a pas lésiné sur les moyens dans ce domaine. Christine Arron, Muriel Hurtis, Leslie Djhone, Mehdi Baala, Eunice Barber, Lilian Thuram, Tony Yoka, Estelle Mossely, Brahim Asloum, Stéphane Diagana, Emmeline Ndongue, Brice Guyart, Pascal Gentil… Tous avaient une belle histoire olympique à raconter et un projet à vendre. « On s’est bien rendu compte de la passion et l’enthousiasme pour ces Jeux. C’est impressionnant », a ajouté Baumann, expert en superlatif.

Vous en voulez d’autres ? Elle est comment, Patrick, la Cité du cinéma qui sera le coeur du Village olympique, à Saint-Denis ? « C’est un édifice bien localisé, extraordinaire et parfaitement adapté aux besoins ». Boum. Les membres du CIO se sont aussi bien amusés. En tout cas, la seule fois où on les a croisés dans la journée, c’était au Stade de France et ils faisaient la course avec des enfants.

Côté Paris, « on a passé une super journée », assure Tony Estanguet. « Ils ont été plutôt impressionnés par la qualité de nos infrastructures, détaille le co-président. Elles sont à 95 % déjà existantes, et en plus, elles ont, pour la majorité, été testées lors de grands événements. »

Bon bah niquel. On rappellera toutefois que ce genre de commentaires est plutôt « normal » après ce genre d’exercice. La commission n’est pas là pour juger, mais pour aider à ce que la candidature soit encore meilleure. Anne Hidalgo a toutefois du mal à cacher son enthousiasme. « On est au top !, a lâché la maire de Paris. Il n’y a pas de favori entre nous et Los Angeles, mais je suis persuadée qu’on est les meilleurs. On est prêts et soutenus, on croit en nos chances et en nos compétences. »