David Luiz devait être opérationnel pour la C1.
David Luiz devait être opérationnel pour la C1. - Stephane ALLAMAN/SIPA

Quand il a vu David Luiz se tenant le genou au sol alors que c’était bientôt l’heure de la douche, le Parc s’est glacé instantanément. Tout le monde sent bien qu’à ce stade de la saison, et à trois semaines d’affronter Chelsea, le seul pépin qui peut enrayer la machine parisienne, c’est la blessure couillonne, voire la succession de blessures couillonnes, pour qui se souvient de l’hallucinant match de Caen la saison dernière, quand le PSG avait dû finir à neuf à cause des soucis des uns et des autres,

>> Le match à revivre en direct comme-à-la-maison

Bref, la grimace de David Luiz en rentrant aux vestiaires ne présageait rien de bon, mais Laurent Blanc s’est voulu rassurant à chaud. « Il faut attendre jeudi pour être plus précis, il a de la gaze sur le genou, mais apparemment ce n’est pas trop important. Il pouvait poser un pied par terre, le genou n’a pas gonflé. Il a dû se faire peur. Nous aussi, car il a été important ces derniers matches et je tiens à l’en féliciter ». Une manière de sortir le parapluie, puisqu’en raison de l’absence de Marquinhos, le Brésilien venait d’enchaîner son sixième match de 19 jours, un surmenage remarqué par les supporters parisiens sur twitter.

Ceux-ci ne devraient pas trop s’inquiéter, cela dit. L’an passé, David Luiz était donné perdu pour la cause avant le quart de finale de Ligue des champions face à Barcelone. Les plus optimistes évoquaient un mois d’absence. Il était revenu en dix jours, grâce à une mystérieuse visite en Russie pour suivre les conseils d’Eduardo Santos et ses méthodes révolutionnaires, à base, entre autres, de placenta de jument.

Mots-clés :