The Young Turks, la web-télé américaine qui a inspiré Le Média aux Insoumis

ETATS-UNIS Emission politique en ligne la plus suivie au monde, The Young Turks a donné des idées à la conseillère communication de Jean-Luc Mélenchon…

O. P.-V.

— 

Cenk Uygur recevant Bernie Sanders le 23 mars 2016 sur la chaîne The Young Turks.

Cenk Uygur recevant Bernie Sanders le 23 mars 2016 sur la chaîne The Young Turks. — TYT/YouTube

  • Sophia Chikirou, la conseillère communication de Jean-Luc Mélenchon, a eu l'idée du Média en découvrant The Young Turks.
  • Cette chaîne YouTube est suivie par 3,5 millions d'abonnés en ligne.
  • Son positionnement est pro-Bernie Sanders, le sénateur du Vermont battu par Hillary Clinton à la primaire démocrate.

Le Média, la web-télé encadrée par la France insoumise (LFI), a officiellement été présentée mercredi soir. Son lancement est prévu pour janvier 2018, ses deux directeurs sont issus de LFI (Sophia Chikirou et Gérard Miller), et elle proposera « un journal généraliste, avec les codes du 20 Heures habituel que les gens connaissent », a décrit sa rédactrice en chef Aude Rossigneux.

Pour certains (L’Obs en l’occurrence), les Insoumis se sont contentés de copier Podemos, le parti de la gauche alternative en Espagne, qui a sa propre télé en ligne, la Tuerka. En fait, le modèle pour cette future web-télé est plutôt à chercher outre-Atlantique.

>> A lire aussi : La France insoumise: «Indépendant» de tout parti politique, «Le Media citoyen» est lancé ce mercredi

« Plus gros média audiovisuel au monde »

Gérard Miller, psychanalyste et « électeur non repenti de Jean-Luc Mélenchon » (comme il l’écrivait dans une tribune en avril) a donné la source au Monde : « Nous nous sommes inspirés de The Young Turks, un collectif de jeunes Américains qui, pendant la campagne de Bernie Sanders, avait créé un média alternatif diffusé sur Internet et qui a joué un rôle important dans l’élection américaine. »

Sophia Chikirou, conseillère en communication de Jean-Luc Mélenchon, en avait également parlé sur le plateau d’Arrêt sur images, décrivant The Young Turks en « plus gros média audiovisuel au monde ».

>> A lire aussi : «Entre soi», «propagande»... A quoi jouent les politiques sur les réseaux sociaux?

The Young Turks donc, souvent abrégé en TYT, une émission sur YouTube quasi-inconnu en France, et pourtant. En 2002, à son lancement, c’est une émission de radio en ligne. Elle passe sur YouTube en 2005, et connaît son pic de popularité durant la présidentielle américaine. Mais le collectif avait également fait l’objet d’un documentaire en 2014, Mad as hell, centré sur la création de la chaîne.

3,5 millions de personnes sont abonnées sur la plate-forme de streaming vidéo pour suivre ces émissions politiques de deux heures présentées depuis le début par Cenk Uygur, turco-américain de 47 ans. Ci-dessous, la première partie de l’émission du 11 octobre, les vidéos étant classées en deux playlists, une pour chaque heure de l’émission.

Le nom de la chaîne est évidemment un clin d’œil à l’origine de sa tête d’affiche, né à Istanbul en 1970, émigré à huit ans aux Etats-Unis. Mais il s’agit aussi d’une reprise d’une expression américaine désignant un jeune rebelle.

Soutien affiché de Bernie Sanders

Or, le sel du format, c’est justement sa liberté de ton (Cenk Uygur a le « fuck » facile) et son positionnement « liberal », c’est-à-dire progressiste au sens américain du terme. Les Young Turks ne masquent pas leurs affinités politiques : durant la primaire démocrate en vue de la présidentielle américaine de 2016, primaire opposant Hillary Clinton à Bernie Sanders, la chaîne YouTube montrait sa nette préférence pour le sénateur du Vermont, jusqu’à l’inviter en plateau en mars 2016.

Point qui a plu à Sophia Chikirou, qui avait suivi sur place la campagne pour étudier la stratégie Sanders en vue de la présidentielle française un an plus tard. « Ce collectif de jeunes Américains s’est rendu compte que ce candidat n’existait quasiment pas dans les médias, qui soutenaient très majoritairement Hillary Clinton et un peu Donald Trump. Ils ont donc décidé de créer leur propre chaîne sur Internet. Très engagée dans les causes écologistes, sociales et antiracistes, The Young Turks a soutenu Bernie Sanders. […] Je me suis dit que j’adorerais faire ça en France ! », explique-t-elle à Télérama.

Il faudra juger sur pièce à partir de janvier 2018 pour voir s’il y a bien des ressemblances entre les deux programmes. En attendant, Le Média a apporté son soutien à un journaliste et un cameraman de The Young Turks arrêtés le 2 octobre durant une manifestation « Black Lives Matter » à Saint-Louis.