Le créateur d'Android dévoile un smartphone avec écran intégral

MOBILE Avec sa start-up Essential, Andy Rubin veut jouer dans la cour des grands...

Philippe Berry

— 

L'Essential Phone est le premier smartphone de la start-up du créateur d'Android, Andy Rubin.

L'Essential Phone est le premier smartphone de la start-up du créateur d'Android, Andy Rubin. — ESSENTIAL

Revoilà Andy Rubin. Après une pause pour jouer avec des robots, le papa d’Android, parti de chez Google en 2014, revient à ses premiers amours. Mardi, après un teasing savamment orchestré, sa start-up Essential a dévoilé son premier smartphone, un ambitieux téléphone haut de gamme en titane et céramique sous Android, avec un écran quasi-intégral. Mais alors que même un géant comme Google a du mal avec la chaîne de production, Rubin et sa jeune entreprise auront fort à faire pour défier Apple et Samsung.

699 dollars, US only

Du côté des caractéristiques, la star est évidemment l’écran QHD (2.560x1.312 pixels) de 5,7 pouces qui couvre presque l’intégralité de la façade avant. A la différence du Galaxy S8 de Samsung, même la bordure supérieure disparaît, comme sur le Mi Mix de Xiaomi. Pour le reste, c’est du haut de gamme classique, avec 4 Go de RAM, une puce Snapdragon 835 huit cœurs de Qualcomm et un appareil photo 13 mégapixels à grande ouverture (f/1.85) qui filme en 4K.

>> A lire aussi : Le test du Galaxy S8

Essential utilise un second capteur photo, non pas pour zoomer comme Apple mais pour laisser entrer davantage de lumière comme chez Huawei pour des photos de nuit ou en intérieur de meilleure qualité. La start-up positionne son smartphone sur le créneau haut de gamme, à 699 dollars pour la version 128 Go. Cela reste 170 dollars moins cher qu’un iPhone 7 Plus équivalent.

Défi de production

Le problème pour l’instant, c’est qu’Essential ne fournit pas de date de livraison pour ses précommandes, et qu’elles sont réservées aux Etats-Unis dans l’immédiat. Fabriquer un smartphone est une chose, en vendre des millions en est une autre. Casse-tête de la production, partenariats avec les revendeurs et les opérateurs, l’avantage est aux géants comme Samsung et Apple qui maîtrisent la chaîne de bout en bout.

Le Pixel de Google, par exemple, connaît toujours de gros problèmes de production. La seule start-up qui a réussi à tirer son épingle du jeu ces dernières années est le Chinois OnePlus. Elle a fait de ses limitations de production une force en misant sur l’exclusivité et le marketing viral pour séduire une base limitée mais fidèle d’utilisateurs.

Les yeux braqués sur la maison connectée

Pour imposer sa vision, Andy Rubin ne mise pas simplement sur un téléphone. Ce premier smartphone, sans nom ni logo, est équipé de deux fiches magnétiques au dos pour accueillir une gamme d’accessoires. Le premier est une caméra à 360°, mais à terme, Rubin veut faire de cette connectique un standard open-source pour assurer une interopérabilité totale et lutter contre l’obsolescence programmée.

Essential Home est un hub pour la maison connectée compatible avec les assistants d'Amazon, Apple et Google.
Essential Home est un hub pour la maison connectée compatible avec les assistants d'Amazon, Apple et Google. - ESSENTIAL

Mais l’objet le plus intéressant d’Essential est peut-être Home, une borne pour la maison connectée. Il s’agit d’une enceinte équipée d’un écran, compatible avec les trois principaux assistants intelligents du marché : Alexa, Siri et Google assistant. Rubin a pour cela développé Ambient OS, un système chargé de mettre de l’ordre dans la jungle des standards et des services de la « smart home ». La priorité est donnée à la vie privée, avec des communications censées au maximum se faire entre appareils connectés, sans passer par le Cloud. Le pari est ambitieux mais pas forcément inatteignable. Après tout, le dernier OS d’Andy Rubin équipe aujourd’hui plus de 2 milliards de smartphones et tablettes.