Discours haineux sur le Web: En Allemagne, un projet de loi menace Facebook et Twitter d’amendes colossales

WEB Si la loi annoncée mardi est adoptée, les sociétés gestionnaires de réseaux sociaux pourraient se voir infliger 53 millions de dollars d’amendes si elles ne se montrent pas plus promptes à supprimer les discours haineux signalés…

Fabrice Pouliquen

— 

Illustration Facebook

Illustration Facebook — MATHIEU PATTIER/SIPA

Ça se précise. L’Allemagne a plusieurs fois menacé Facebook et Twitter de lourdes amendes pour ne pas en avoir fait assez pour freiner les discours haineux et fausses informations postés sur ces deux réseaux sociaux.

Un projet de loi en préparation

Le gouvernement allemande ne lâche pas la pression. Mardi, son ministre de la justice, Heiko Maas, a annoncé la présentation d’un projet de loi qui sanctionnera par des amendes aux sociétés gestionnaires de réseaux sociaux qui ne répondront pas promptement aux signalements de discours haineux.

Si cette loi est approuvée, Facebook, Twitter & co pourraient faire face à des amendes grimpant jusqu’à 53 millions de dollars. Ce qui constituerait un record, signale le New York Times. Ce projet de loi imposerait aux plateformes de réseaux sociaux de faciliter le signalement, par les internautes, de discours haineux, et de supprimer dans un délai de 24 heures les messages à caractère criminel évident, et dans un délai de sept jours les posts moins évidents à trancher.

>> A lire aussi : Etats-Unis: Facebook testera le fact-checking en Allemagne avant les élections

Facebook et Twitter échouent à atteindre l’objectif

L’annonce deHeiko Maas fait suite à la publication d’une étude, le même jour, montrant que Facebook comme Twitter ont échoué dans l’objectif que leur avait fixé le gouvernement allemand de supprimer 70 % des discours haineux dans les 24 heures après le signalement.

L’étude s’est déroulée sur un an. Facebook est parvenu jusqu’à effacer 39 % des contenus haineux signalés, mais depuis septembre, ce chiffre s’est fixé plus autour des 30 %, indique le New York Times. Twitter, de son côté, a stagné à un petit 1 %. Youtube fait bien meilleure figure en étant parvenu à effacer 90 % des contenus signalés dans les 24 heures.

>> A lire aussi : Facebook: La justice allemande ouvre une enquête pour «incitation à la haine»