La voiture Urbee, fabriquée presqu'entièrement par une imprimante 3D, le 15 novembre 2013, à Paris.
La voiture Urbee, fabriquée presqu'entièrement par une imprimante 3D, le 15 novembre 2013, à Paris. - JOEL SAGET / AFP

Faut-il enseigner l’utilisation des imprimantes 3D aux enfants dès l’âge de 5 ans? L’idée pourrait être farfelue si elle n’émanait du très sérieux Conseil économique, social et environnemental (CESE). Dans un rapport publié ce mardi, l’institution préconise de miser gros sur l’expansion et l’enseignement de l’impression tridimensionnelle. Il s’agit de «préparer» «l’usine du futur», avance-t-elle. Mais que peut-on déjà faire avec une imprimante 3D? 20 Minutes fait le point sur les cinq principaux axes de développement.

Innovations technologiques et performances globales : l'exemple de l'impression 3D from Conseil Economique Social et Environnemental

Fabriquer des pièces de machines

Capables de fabriquer de simples bibelots de décoration, au départ, les imprimantes 3D sont désormais en mesure de reconstituer des objets autrement plus complexes. Cela peut aller de la banale pièce d’un four, comme a réussi à le faire un habitant de la Loire, au réacteur d’avion ou au châssis d’une voiture. En 2013, l’entreprise canadienne Kor EcoLogic a ainsi réussi le pari de fabriquer une carrosserie grâce à une imprimante 3D. Pour le moteur, il faudra toutefois attendre. Mais l’annonce de chercheurs australiens, qui ont indiqué avoir imprimé des réacteurs d’avion, laisse entrevoir de belles possibilités.

Préparer de la nourriture

L’impression alimentaire devrait avoir ses fans. La PancakeBot norvégienne permet par exemple de personnaliser ses pancakes: cette machine les imprime couche par couche et permet de leur donner n’importe quelle forme programmée sur ordinateur. Quant à la ChefJet, elle est capable de fabriquer des bonbons à partir de sucre, d’eau et d’alcool, ou encore des confiseries au chocolat, en mélangeant cette fois du sucre et de la poudre de cacao.

Faire des vêtements

Le monde du mode et du design s’est évidemment emparé de l’impression 3D. Des vêtements fabriqués avec cette technologie ont été présentés lors de défilés de mode, et des entreprises se sont déjà lancées dans la conception à destination du grand public. C’est le cas notamment de Continuum Fashion, qui propose un bikini sans nylon sans coutures, ou encore de Tamicare, dont l’imprimante peut reconstituer des sous-vêtements en trois secondes. Même des chaussures peuvent voir le jour grâce à cette même technologie.

Construire des maisons

Il sera bientôt aussi simple de construire des maisons que de monter des préfabriqués. L’année dernière, une entreprise chinoise a réussi l’exploit d’imprimer dix maisons de 200m2 en 24 heures à Shanghai. Pour cela, elle a utilisé une imprimante géante de 32m de long, 10m de large et 6,6m de haut, qui empile des couches d’un matériau les unes sur les autres. Simple comme des Lego, à en croire cette vidéo.

Soigner le corps humain

Il s’agit plus précisément de reconstituer des parties du corps. En 2012, des médecins ont implanté la première mâchoire imprimée dans la bouche d'un patient. Une oreille biocompatible et un cartilage de nez ont également été imprimés, et la recherche sur la peau avance à grands pas. D’ici une vingtaine d’années, des organes pourraient eux aussi être recréés technologiquement.

Mots-clés :