Bordeaux: Un scanner 3D «Full Body» présenté jeudi et vendredi

TECHNOLOGIE La société IdeOkub, implantée depuis quelques mois à Bordeaux, crée l’événement cette semaine en présentant un scanner capable de modéliser une personne de la tête aux pieds…

Mickaël Bosredon

— 

Le Body Scanner de la société Matrix-3D Printer
Le Body Scanner de la société Matrix-3D Printer — Matrix3DPrinter

Un des tout premiers scanner 3D «Full Body», le Body Scanner 3D de la société Matrix-3D printer, sera présenté pour la première fois en province, jeudi 4 et vendredi 5 décembre à Bordeaux. C’est la société bordelaise IdeOkub, installée dans le quartier des Chartrons, qui est derrière cet événement. «Cette machine exceptionnelle est capable de scanner une personne entièrement, ou un objet volumineux, explique Charley Giron, de la société IdeOkub, alors que la majeure partie des scanners ne peuvent copier que de petits et moyens formats.»

Le Body Scanner 3D peut restituer des sujets ou des objets allant jusqu'à 2 mètres de hauteur. Il n’a été présenté qu’une seule fois en France au grand public, lors du 3D Print Show à Paris, le premier salon national dédié à l’impression 3D.

Seulement quelques minutes pour une restitution à l'écran

Le sujet s'installe sur une plateforme rotative, et tourne durant environ trois minutes. «Le scan est tout simplement relié à un ordinateur, sur lequel on peut retoucher l’image, ou brancher une imprimante pour une impression 3D», explique Sylvain Jin, chef de projet 3D chez Matrix 3D-printer, basée à Gemenos (Bouches-du-Rhône). Une imprimante 3D peut ensuite fabriquer le sujet, en couleur et dans des tailles variables.

«Nous ferons des démonstrations, et il est possible que nous réalisions des tests avec des personnes du public, si les conditions le permettent», précise Charley Giron. Le vendredi 5, une présentation sera consacrée aux industriels de la région, pour leur montrer les applications possibles du body-scanner. Il peut être utilisé dans les domaines du jeu vidéo pour la création d'avatars, de la chirurgie plastique, de la mode, du design... «Nous avons actuellement un projet pour créer des copies de mannequin qui seraient installées dans les vitrines de certaines enseignes de mode, détaille Sylvain Jin. Des salles de sport sont aussi intéressées pour montrer aux clients l'évolution du travail réalisé sur leur corps.»

Des goûters 3D pour les enfants

Créée en juillet 2014 par Olivier Guillou, IdeOkub a ouvert un «shop 3D» en septembre, rue Camille-Godard, où elle commercialise toute une gamme d’imprimantes 3D, allant de 458 euros à 3.500 euros. On y trouve aussi pour une centaine d'euros le tout nouveau  stylo 3D, qui permet de s'initier en douceur à l'impression 3D, et de réaliser de petits objets. On peut aussi s’y rendre avec son projet, sous forme de fichier numérique ou d'objet, qui sera réalisé sur place, ou envoyé chez l’un des partenaires de l’entreprise lorsqu’il devient complexe ou qu’il nécessite des matériaux particuliers.

«Nous proposons également des séances de formation et du conseil, aux professionnels comme aux particuliers» insiste Charley Giron. IdeOkub se veut enfin un lieu d’accueil d’événements. «Nous avons fait venir récemment un artiste bordelais, David Dumas, qui a imprimé en live une réplique d’une de ses sculptures monumentales. Le mercredi après-midi, nous organisons des goûters 3D pour les enfants, afin de les former à cette nouvelle technologie.»

Pour 2015, la société souhaite créer une franchise IdeOkub, et s'implanter dans plusieurs grandes villes.

Présentation du scanner 3D «Full body» au public jeudi 4 décembre à 19h, 29, rue Camille Godard. Entrée libre.