Tour de France 2018: Une arrivée compliquée à Mende… Alaphilippe ou Valverde pour la gagne… Le programme de samedi

CYCLISME Après une étape de transition, rien de mieux qu'une arrivée en montée…

A.H.

— 

Le Tour de France, c'est aussi le Tour de la France.
Le Tour de France, c'est aussi le Tour de la France. — Marco BERTORELLO / AFP

Le programme de la 14e étape du Tour de France 2018, samedi 21 juillet, entre Saint-Paul-Trois-Châteaux et Mende (188 km).

> Ce qu’il s’est passé hier

C’était attendu, la treizième étape ne devait pas rester dans les annales du Tour de France. Et bien, ça n’a pas raté. Le quatuor d’échappés parti aux avant-postes n’a jamais joui d’une énorme avance et a bien été contrôlé par le peloton. Sans la majorité des sprinteurs, qui n’ont pas réussi à passer les Alpes, Peter Sagan s’est imposé pour la troisième fois sur cette Grande Boucle. Arnaud Démare, troisième, n’a toujours pas décroché la moindre étoile.

> Les maillots distinctifs

Le jaune : Geraint Thomas (SKY)

Le vert : Peter Sagan (BOR)

Le pois : Julian Alaphilippe (QST)

Le blanc : Pierre Latour (AG2R)

> Le tweet du jour

Les idiots sont partout en ce moment sur la route du Tour.

> L’étape du jour

Oh oui, l’arrivée à Mende qui va faire mal aux mollets

> A quelle heure prendre l’antenne ?

Soyez là dès 15h30, à partir du moment où la route va s’élever un peu. Et pour vous préparer doucement au bouquet final à Mende.

> Le résumé anticipé de l’étape

Ouh qu’elle va être compliquée cette étape pour les coureurs du Tour de France. Ce n’est pas de la haute montagne, mais ça va faire faire brûler les mollets quand même. Les baroudeurs vont tenter de s’échapper, mais les grands leaders ne laisseront pas l’étape leur échapper. Du coup, dans la montée Laurent Jalabert, Romain Bardet va tenter de partir, mais il va avoir affaire aux spécialistes de ce type d’arrivée : Alejandro Valverde et Julian Alaphilippe. L’Espagnol se montre le plus fort et prend sa revanche sur le Français, après la Flèche wallonne.

> Votez, les cyclix !

Il y a l’embarras du choix.