Coupe Davis : « Ce qu’il a fait est quasiment inhumain », le récital de Bautista-Agut après le décès de son père

TENNIS Rafael Nadal a salué l'exemplarité et le courage de son coéquipier

M. D
— 
Roberto Bautista-Agut (à g.) a été soutenu par son coéquipier Rafael Nadal après la mort de son père.
Roberto Bautista-Agut (à g.) a été soutenu par son coéquipier Rafael Nadal après la mort de son père. — GABRIEL BOUYS

Une semaine émouvante dans le camp espagnol, surtout pour un joueur en particulier. Après avoir débuté la Coupe Davis avec l’équipe d’Espagne, à Madrid, Roberto Bautista-Agut a été contraint de quitter ses coéquipiers pour rejoindre sa famille suite au décès de son père. Dimanche, le 9e joueur mondial est revenu sur le court pour obtenir le premier point de la finale suite à sa victoire sur Félix Auger-Aliassime (7-6 (3), 6-3). Grâce à lui, et à Rafael Nadal, l’Espagne a remporté la 6e Coupe Davis de son histoire​ en venant à bout du Canada (2-0).

« C’était très difficile. On a parlé de la situation avec Sergi (Bruguera, le capitaine) et j’ai pris la décision de rentrer à la maison jeudi matin, explique Bautista-Agut. Je suis revenu hier après-midi (samedi) pour encourager l’équipe. Je voulais les aider à gagner. J’ai eu la chance de jouer la finale parce que toute l’équipe a fait un effort incroyable depuis le tout premier jour. Et c’était une sensation incroyable d’être sur le court aujourd’hui (dimanche). »

« Un exemple pour le reste de ma vie »

Un retour gagnant donc pour Bautista qui n’a pas pu retenir quelques larmes. Avant qu’un Rafa évidemment ému n’érige son coéquipier en exemple : « J’ai gagné 8 matchs, mais la personne la plus importante cette semaine, ça a été Roberto. C’est un exemple pour le reste de ma vie. Ce qu’il a fait est quasiment inhumain. Il est parti (jeudi), son père est décédé, il est revenu, il s’est entraîné hier (samedi) et aujourd’hui il était prêt à jouer au plus haut niveau. »

Le Coupe Davis 2.0 de Gerard Piqué se conclut donc sur un moment fort, mais cela ne fera pas oublier toutes les polémiques et autres déboires de cette nouvelle formule.