Roland-Garros: «Nadal, je l’embauche», un réalisateur de pornos juge les cris des joueurs

TENNIS Hervé Bodilis, qui tourne pour Marc Dorcel, s'est penché sur les râles des stars de la Porte d'Auteuil...

Romain Baheux

— 

Un réalisateur de pornos s'est penché sur les cris des joueurs de Roland-Garros.
Un réalisateur de pornos s'est penché sur les cris des joueurs de Roland-Garros. — 20 Minutes

Si vous parlez de coup gagnant à Hervé Bodilis, pas dit que ce qui lui vienne en tête se déroule sur un court de Roland-Garros. Quoique, notre homme, réalisateur de films pornographiques, à qui l’on doit L’éducation d’une jeune soubrette ou Claire la scandaleuse, pour Marc Dorcel a beaucoup d’imagination. Au point de se prêter au jeu et de transposer les cris, souvent aisément reconnaissables, des stars de la Porte d’Auteuil dans l’univers du X.

>> A lire aussi : Roland-Garros: Suivez la journée de vendredi en live

« Globalement, on est plus sur des cris de finition, de jouissance que de rapport rythmé, explique Hervé Bodilis, dont l’entreprise avait monté un jeu sur le tennis lors de Roland 2015. Si on devait faire une comparaison, on a plus affaire à des tireurs d’élite qu’à des mitrailleurs. » Allez, place à l’évaluation des quinze joueurs sélectionnés. Moteur, action.

Victoria Azarenka

L’avis d’Hervé Bodilis : « On sent qu’elle subit. Là, on est dans un plaisir lié à la souffrance. »

Stan Wawrinka

L’avis d’Hervé Bodilis : « C’est discret, ça vient d’un type qui ne veut pas faire trop de bruit lors d’un rapport dans une impasse ou une porte cochère. Il ne peut s’empêcher de le sortir car il ressent quand même du plaisir. »

Eugénie Bouchard

L’avis d’Hervé Bodilis : « Rapide et répétitif. Ça ressemble à du rapport classique au milieu d’une scène. »

Alizé Cornet

L’avis d’Hervé Bodilis : « Un bruit de finition, clairement une fin de rapport. Le cri est sincère, c’est une belle offrande. »

Novak Djokovic

L’avis d’Hervé Bodilis : « Ce n’est pas très érotique, je vois mal un homme lâcher ça pendant un rapport sexuel. »

Fabio Fognini

L’avis d’Hervé Bodilis : « On sent le combat. Tu prends une claque, tu en remets une. Si c’est un rapport sexuel, il est conflictuel. »

Richard Gasquet

L’avis d’Hervé Bodilis : « Il y a de la souffrance, une difficulté à finir. Il a du mal à tout lâcher. »

Svetlana Kuznetsova

L’avis d’Hervé Bodilis : « C’est un cri long, qu’on lui arrache dans un rapport fort et violent. On aurait besoin d’un garçon très actif pour cela. »

Nick Kyrgios

L’avis d’Hervé Bodilis : « Lui, on sent qu’il souffre. Je le vois bien avec une femme derrière en position de dominatrice. »

Andy Murray

L’avis d’Hervé Bodilis : « Là aussi, on a encore beaucoup de souffrance, surtout sur la fin du cri. »

Rafael Nadal


L'avis d’Hervé Bodilis : « Il vient pour régler ses comptes, il en veut à l’autre. Ça serait une scène d’explication avec un peu de fureur. »

Benoît Paire

L’avis d’Hervé Bodilis : « Il souffre mais il est soumis. C’est un passif, qui subit les assauts plus qu’il ne les donne. »

Francesca Schiavone

L’avis d’Hervé Bodilis : « Euh… Je ne la verrais pas dans un porno mais plutôt dans un film de karaté. »

Serena Williams

L’avis d’Hervé Bodilis : « On sent la puissance. C’est un cri qui vient des entrailles. »

Venus Williams

L’avis d’Hervé Bodilis : « Elle porte mal son nom… Ça va très vite, on dirait qu’elle prend une claque ou une fessée. C’est un petit cri de souffrance rapide et répétitif. »

LE PODIUM

Bon, et qui aurait l'honneur de voir son nom apparaître au générique d’une production Dorcel? « Nadal, je l’embauche pour sa puissance, glisse notre réalisateur. S’il souhaite se reconvertir, on l’accueille quand il veut. Sinon, Cornet et Serena seraient pas mal non plus. » On vous laisse imaginer le scénario.