20 Minutes : Actualités et infos en direct
RugbyLa revanche des Pumas après les critiques de départ

Pays de Galles - Argentine : La revanche des Pumas, « les pires il y a un mois, et aujourd’hui les meilleurs »

RugbyLes Pumas ont créé la surprise en se qualifiant pour les demi-finales de la Coupe du monde de rugby contre le Pays de Galles (29-17) samedi au stade Vélodrome, là où ils avaient été critiqués après leur défaite contre l’Angleterre lors des poules
Les Argentins ont su créer la surprise en se qualifiant pour les demi-finales contre le Pays de Galles (29-17) malgré des débuts difficiles dans cette Coupe du monde de rugby 2023.
Les Argentins ont su créer la surprise en se qualifiant pour les demi-finales contre le Pays de Galles (29-17) malgré des débuts difficiles dans cette Coupe du monde de rugby 2023.  - Sylvain THOMAS / AFP
Adrien Max

Adrien Max

L'essentiel

  • L’Argentine s’est défaite du Pays de Galles (29-17) samedi après midi en quart de finale de la Coupe du monde de rugby 2023 au stade Vélodrome.
  • Une surprise un peu plus d’un mois après les critiques reçues après la défaite lors de leur premier match de poule contre le XV de la Rose (27-10), déjà au Vélodrome.
  • Les Pumas rejoignent ainsi les demi-finales de la compétition pour la troisième fois de leur histoire.

Au stade Vélodrome,

Comme les choses ont vite changé pour les Pumas en l’espace d’un peu plus d’un mois. Trente-cinq jours après des débuts décevants et une cinglante défaite face au XV de la Rose (27-10) pour le premier match de poule, déjà au stade Vélodrome, l’Argentine a créé la surprise en se qualifiant pour les demi-finales de la Coupe du monde de rugby 2023 face au Pays de Galles (29-17).

Et comme il y a un peu plus d’un mois, les Pumas ont eu du mal à rentrer dans leur match. Avec une première pénalité manquée par Boffelli (6e), et un essai encaissé et transformé (15e). Les hommes de Michael Cheika n’ont d’ailleurs jamais mené dans le premier acte. « Le Pays de Galles a été intelligent en matière de tactique, avec un jeu long au pied. On a eu besoin de se réorganiser, et à partir de ce moment-là on avait une bonne défense », a commenté après coup le sélectionneur.

« Garder la tendance vers l’avant »

Contrairement au match contre les Anglais, mais avec encore beaucoup de fautes de main, c’est le buteur des Pumas, Emiliano Boffelli, qui a maintenu son équipe à flot et l’espoir chez les nombreux supporteurs argentins présents. « Je tiens à remercier tous les gens venus, et ceux qui n’ont pas pu venir. Tous ceux qui nous soutiennent, on a la chance de porter ce maillot mais on sait qu’on est bien plus nombreux. On a une foule derrière nous, on est conscient de ça », expliquait d’ailleurs Julian Montoya.

Et malgré une nouvelle faute qui venait de nouveau punir les Pumas (57e), le sélectionneur et ancien joueur a fait parler son « expérience » : « Ce qui est important est de garder la tendance vers l’avant, avoir une impulsion positive ». Ce que ses hommes ont parfaitement fait, toujours par Boffelli au pied, mais aussi dans le jeu. Grâce à leur puissance qui a progressivement étouffé les Gallois. Comme sur ce ballon porté parfaitement mené par Sclavi (68e), pour reprendre l’avantage sans jamais plus le lâcher. Merci, aussi au superbe placage de Moroni, presque aussi décisif qu’un essai. Et c’est le vieillissant Nicolas Sanchez qui a pu clôturer la soirée la fête en tuant le match sur une interception (77e).

« Nous avons appris au fur et à mesure »

Des Argentins aussi surprenants que renversant, après les nombreuses critiques reçues après la piètre prestation inaugurale. Ce qui a doucement fait rigoler Julian Montoya :

« Il y a quatre semaines on était la pire équipe sur les réseaux sociaux, et aujourd’hui on est les meilleurs. Ce qui compte ce sont nos amis, et nos familles. » »

« Mes joueurs ont beaucoup appris, on savait que sur un match tout pouvait chavirer. Je pense que nous avons appris au fur et à mesure, il y a toujours des hauts et des bas. Mais tout ce travail nous permet de capitaliser sur l’ensemble du tournoi, toujours avec cette vision progressive », analysait après coup Michael Cheika.

Les Pumas n’auront qu’une petite semaine, et un départ vers Paris seulement lundi [de quoi bien énerver le staff] pour continuer cette progression. Et le sélectionneur a prévenu : « Moi je suis content d’être là, je n’ai pas l’intention d’en finir en demi-finale ». Sauf que ce sera face aux Blacks, auteurs d'un match paranormal contre les Irlandais. On la souhaite bien bonne aux Argentins.

Sujets liés