Mondial 2019 : Des rugbymen uruguayens soupçonnés d’agression et de dégradations dans un bar japonais

RUGBY La police japonaise a lancé une enquête, jeudi, sur des faits de violence qu'auraient commis des joueurs uruguayens dans un boîte de nuit avant de rentrer au pays

M.D avec AFP

— 

Les Uruguayens avaient pourtant réussi leur Mondial en créant la surprise face aux Fidji.
Les Uruguayens avaient pourtant réussi leur Mondial en créant la surprise face aux Fidji. — CHRISTOPHE SIMON

En Amérique du Sud, on entre dans les clubs comme en mêlée. La police japonaise a confirmé, jeudi, qu’elle enquêtait sur des accusations visant des joueurs de l'équipe de rugby d'Uruguay, soupçonnés d’une agression et de dégradations dans une boîte de nuit de Kumamoto (sud-ouest) dans la nuit de dimanche à lundi.

Selon les propriétaires du club, l’un des joueurs aurait projeté au sol un employé du bar, tandis qu’un autre aurait cassé du matériel de DJ en répandant dessus une boisson alcoolisée, a déclaré Kenji Kawazu, un responsable de la police de Kumamoto.

L’employé « a été légèrement blessé et devrait mettre une semaine pour récupérer », a-t-il précisé. Selon les médias japonais, les Uruguayens auraient également causé d’autres dommages sur le lieu, abîmant des murs, des miroirs et déchirant un gros ours en peluche.

Les Urugayens déjà de retour au pays

Les deux joueurs soupçonnés des faits ont été interrogés lundi par la police. Ils ont quitté le Japon avec le reste de leur équipe le même jour, mais l’enquête se poursuit. L’organisation du Mondial, World Rugby, s’est excusée jeudi « au nom du tournoi » pour cet incident, selon une brève déclaration.

Cette affaire « est très décevante et clairement non conforme à l’esprit familial du tournoi », a estimé World Rugby, tout en refusant de commenter davantage, rappelant que les faits précis restaient à établir. Dommage de retenir un événement hors terrain quand on a créé l’exploit face aux Fidji…