XV de France: Capitaine? «Un coup de taser à l'annonce», raconte Mathieu Bastareaud

RUGBY Le centre de Toulon s'y attendait un peu, mais ça n'enlève rien à sa fierté de se voir confier le capitanat au pays de Galles...

N.C.

— 

Mathieu Bastareaud lors de France-Angleterre au Stade de France, le 10 mars 2018.
Mathieu Bastareaud lors de France-Angleterre au Stade de France, le 10 mars 2018. — Kieran McManus/BPI/Shut/SIPA

Il s’y attendait un peu - « je savais que j’étais susceptible d’être choisi », reconnaît-il -, mais ça n’a rien changé. Mathieu Bastareaud​ a été profondément secoué quand Jacques Brunel l’a pris entre quatre yeux pour lui dire qu’il serait le capitaine du XV de France pour le dernier match du Tournoi des six nations, samedi, au pays de Galles. « J’ai pris un coup de taser à l’annonce », a-t-il raconté lors de sa première conférence de presse dans ce rôle, jeudi, à Cardiff.

Interrogé sur le genre de leader qu’il comptait être, le centre du RCT, 29 ans (44 sélections) a été très clair. « Je ne vais pas surjouer mon rôle, a-t-il promis. Je n’ai jamais été très doué pour les grands discours. Bien sûr, je vais parler aux joueurs. Mais pour moi, l’idée c’est de montrer l’exemple sur le terrain, de me sacrifier pour l’équipe, d’entraîner les autres. »

>> A lire aussi: «Quelque chose est en train de se passer» dans le XV de France, assure Jean-Baptiste Elissalde

Basta sait en tout cas ce que la fonction représente. Son premier repère ? « Forcément, c’est "Titi" Dusautoir, que j’ai connu. Même si ce n’est que pour un match, passer derrière lui, c’est quand même quelque chose ».

C’est surtout mérité, à écouter Jacques Brunel quand il lui a été demandé d’expliquer son choix. « Mathieu, depuis quelque temps, a une sorte de sérénité, une force tranquille, qui peut influencer l’équipe, estime le sélectionneur. Il a cet impact sur les partenaires et l’adversaire, son apport est considérable. » On espère encore le voir encore plus que d’habitude, samedi, au Millennium Stadium.