Roland-Garros: Benoît Paire aurait pu faire mieux contre Nadal, et c'est lui qui le dit

TENNIS Benoît Paire pensait pouvoir faire mieux contre Rafael Nadal...

W.P.

— 

Nadal et Paire, en pleine scène de fair-play
Nadal et Paire, en pleine scène de fair-play — Mike Frey/Shutterstock/SIPA

A Roland-Garros,

Il est arrivé un peu en retard en salle de conférence, mais pas forcément la tête dans le sac. Plus qu’en colère, benoît Paire était frustré après sa défaite au premier tour de Roland-Garros contre Rafael Nadal, lundi (6-1, 6-4, 6-1). Pour lui, il y avait la place pour faire mieux.

« Bien sûr qu’il y avait une solution… mais c’est vrai que quand je joue avec lui je ne fais pas des bons matchs. Dans le deuxième set j’essaye juste de remettre la balle dans le court et c’est là que je le mets en difficulté. Quand je finis contre Nadal je suis frustré parce que je me dis que je tombe toujours à côté. »

Il faut dire que l’Avignonnais a effectivement de quoi s’en vouloir. Certes, il prend deux fois 6-1, mais il est clair qu’il avait la deuxième manche au bout de la raquette. Et qui sait ce qui aurait pu arriver si Paire avait égalisé.

« Si je gagne le set, je peux repartir sur un troisième set où je peux relâcher mes coups et jouer avec le public. » Car benoît Paire était tendu. « Quand on est français et qu’on joue un premier tour à Roland c’est normal d’avoir la pression », explique-t-il.

La maladresse de Paire sur les « produits de Nadal »

Enfin, le Français a évité le pire en conférence de presse en évoquant ses maux de ventre. On est partis sur un gros malentendu. « J’avais eu la même chose sur un challenger à cause d’un produit que je prends, un jus… Là je me suis dit que j’en reprendrais comme c’était un match au meilleur des cinq sets… Il faut que je change de produits et que je prenne les mêmes que Nadal », a-t-il déclaré, avant de se rendre rapidement compte - avec le sourire - de sa maladresse.

« Ah non, il n’y a aucune… Je veux juste avoir le même physique que Rafa », s’est-il rattrapé. On ne va pas accabler le petit Benoît, qui pour le coup était vraiment bon esprit tout au long de la conférence.